S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de La Réunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de La Réunion, qui s'expriment. Exceptionnel à La Réunion, une association environnementale libre et indépendante (non subventionnée ni liée à quiconque !)

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS : www.youtube.com/channel/UC3-iNdvmvK-bWlMnbYiG4jw et http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

Mercredi 06 Janvier 2021

Consultation publique bidonnée pour tentative de dérogation sur Gecko de Manapany !

L'Association Citoyenne refuse la capture et l'élevage de nos geckos protégés !



C’est encore par hasard, grâce à un article de presse ce mercredi 6 janvier 2021 (
https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2021/01/06/Disparition-du-gecko-vert-de-Manapany-retarde-linevitable_621979 ), que l’on découvre un 

« Projet d’arrêté portant dérogation à une interdiction de capture, de mise en élevage, et de relâcher dans la nature de spécimens de gecko vert de Manapany » ! 

avec consultation électronique du public ouverte du 22 décembre 2020 au 6 janvier 2021 inclus (15 jours) dans le cadre du projet « FEDER ELEVAGE » porté par le Conservatoire du littoral !!!

http://www.reunion.gouv.fr/projet-d-arrete-portant-derogation-a-une-a7596.html

Dérogation jusqu’au 31 décembre 2025 !

 

OUI, vous avez bien lu, consultation publique juste autour de Noël et jour de l’an  … bien sûr lorsque tout le monde est censé être rivé sur le site des consultations publiques de l’Etat à La Réunion !!!

Une manipulation de plus, une honte pour une administration de service public. 

 

Cela démontre une volonté clairement organisée de justement réserver cette consultation aux seuls initiés, dociles et complices, une méthode sournoise, le « missouk », la marque de fabrique de quelques personnes de cette fameuse DEAL-REUNION qui a réussi l’exploit par ce genre de pratiques détestables au fil des années de gâcher toute crédibilité de cette administration dans une grande partie de la population locale. 

 

Dans le cadre de ce projet, le bénéficiaire demande à déroger à l’interdiction de capture et de relâcher dans la nature de spécimens de gecko vert de Manapany Phelsuma inexpectata, afin de réaliser :

- des opérations de prélèvement de juvéniles après éclosion dans les populations du Cap Sel et du Cap Dévot ; (Petite-Ile)

- des opérations de mise en élevage transitoire de ces spécimens juvéniles, jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte ;

- des opérations de relâcher et de suivi des individus dans leurs populations d’origine.

 

L’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION, expose ici succinctement  sa position :

 

Le gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata) est une espèce endémique protégée par l'arrêté ministériel du 17 février 1989 fixant la liste des espèces animales protégées dans le département de la Réunion.

Son article 2 est très clair :

Sont interdits en tout temps sur tout le territoire du département de la Réunion, la destruction ou l'enlèvement des oeufs, la destruction, la capture ou l'enlèvement, la naturalisation des reptiles d'espèces suivantes ou, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en vente, leur vente ou leur achat :

SAURIENS

TAXONOMIE : Geckonidés.

NOM SCIENTIFIQUE : Phelsuma ornata.

NOM VERNACULAIRE : Phelsume ornée.

 

On remarquera au passage que, malgré nos remarques anciennes, cet article n’a toujours pas été actualisé avec la dénomination Phelsuma inexpectata …

 

Après la tentative de déroger à l’arrête ministériel pour notre « papangue » (http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/respect-de-nout-papangues-une-victoire-de-l-acsp-acpeges), que nous avions faite avorter en alertant le Centre du Patrimoine mondial, voilà que la DEAL et ses complices réitèrent cette fois sur le gecko de Manapany.

 

Soyons clairs, notre association s’oppose à la dérogation à l’arrêté ministériel, donc s’oppose clairement à la capture, et mise en élevage du gecko vert de Manapany.

 

Pourquoi ?

 

1-

La note qui présente ce projet sous-entend que les juvéniles sont en effectif réduit, en prétextant « probablement »une éventuelle prédation plus importante sur les juvéniles. Cela pour justifier ce projet de « renforcement de population » en récupérant des juvéniles, en les élevant artificiellement, puis en les réintroduisant.

A part cette affirmation « hypothétique », aucun élément concret n’est fourni à l’appui !

Et l’Etat veut autoriser la capture de 40 juvéniles, alors qu’il n’y a aucune indication sur la population déjà existante dans la zone concernée ? C’est incroyable !

Quel scientifique digne de ce nom peut cautionner un dossier aussi vide ?

Le prélèvement d’individus pour la réintroduction ne doit pas mettre en péril la population source. Une évaluation devrait être impérativement réalisée sur l’impact du prélèvement sur la population source avant le début du programme de réintroduction.

 

2- 

L’arrêté indique que le projet est en cohérence avec le plan national d’action (PNA) en faveur des geckos verts de La Réunion validé par le CSRPN de La Réunion le 4 juin 2019.  

Nous avions étudié en détail le projet de PNA en novembre 2019 (http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/un-projet-de-plan-national-d-actions-pna-geckos-contestable) qui fait suite à celui de 2012 (environ 2M€), et qui amène à se poser des questions vu l’échec manifeste, alors que de l’argent public a été investi. 

Ce projet de PNA 2019 (environ 3,4M€) était contestable sur de nombreux points mais il n’y a jamais eu de rapport PUBLIC suite à la consultation publique ! 

OPACITE TOTALE de la part de la DEAL-REUNION.

Pour rappel, ce PNA 2019 avait été pourtant validé par le CRSPN (Conseil scientifique régional du patrimoine naturel) de La Réunion, dont nous avions décrypté le fonctionnement très spécial, puisqu’il ne mentionne jamais les membres participants aux votes, là encore c’est l’omerta complète : http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/les-pratiques-opaques-du-csrpn-a-la-reunion


3-

Le Conservatoire du Littoral qui serait bénéficiaire de cette dérogation est discrédité sur cette zone par le travail de sauvages qu’il a validé dans la zone de falaises et contre lequel l’Association Citoyenne a déposé plainte en février 2019, puisqu’il refusait tout dialogue que nous tentions d’engager.

(http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/restauration-de-l-habitat-du-gecko-de-manapany-les-derives-du-conservatoire-du-littoral-de-l-onf-et-de-noi )

 

4- 

L’article 5 du projet d’arrêté, ose affirmer :

La capture des spécimens sur le site donneur n'occasionnera aucune blessure ni mutilation. 

Quel organisme de contrôle indépendant (oh quel vilain mot … ici c’est copinage généralisé) vérifierait les captures ?

 

Une action de lutte contre les prédateurs introduits et les compétiteurs les plus problématiques sera effectuée avant les opérations de relâcherPourquoi le futur ? N'est-ce pas là déjà le rôle de l’association NOI pour lequel elle reçoit des subventions ? Les millions d’euros des PNA, ils ont servi à quoi ?

Qu'est-ce qui a déjà été entrepris ? 

L'opération "refuges du lézard vert de Manapany" entreprise auprès des habitants demande-telle à ceux-ci de s'engager à ne pas avoir de chat, prédateur introduit particulièrement dangereux pour le lézard de Manapany ?  

Y-a-t-il déjà une campagne d'éradication du Phelsuma laticauda, compétiteur problématique de Phelsuma inexpectata, déjà installé à Manapany. 

L'agame des colons est déjà à Terre Sainte. 

Que fait NOI pour l'empêcher de progresser vers Manapany ?  

 

L’action de lutte contre les prédateurs, mais c’est là l’action la plus importante, et qui aurait dû être la priorité depuis des années.  

C’est l’action essentielle pour permettre la survie de l’espèce en milieu naturel.

 

Au lieu de cela, on aurait droit à de la  « com » avec de l’élevage totalement artificiel ? Pourquoi pas proposer de faire l’élevage au scandaleux « ex bioparc devenu zooparc » prison d’animaux cautionnée par cette même DEAL tant qu’on y est ?

 

Quelles sont les modalités d'élevage et de suivi sanitaire envisagées ?

- Il n’est précisé aucun un seuil de mortalité au-delà duquel les animaux prélevés seraient remis dans leur milieu d'origine

- Capture, élevage, réintroduction sont des opérations complexes et techniques : quelles sont les qualifications des 4 personnes autorisées à réaliser les actions décrites à l’article 2 ?

La réintroduction animale n'est pas un outil d'un maniement facile.

La déportation de 50 individus de Phelsuma borbonica au Cap Francis depuis le Plaine d'Affouche n'a pas été un succès.

 

5-

Nous refusons la dérogation, la loi doit être la même pour tous : Phelsuma inexpectata est protégé. 

 

Laisser faire ce genre de pratique constituerait de plus un très mauvais signal pour les espèces protégées ! Ce qui est possible pour les uns (capture et élevage) ne le serait donc pas pour les autres ?

La population découvre chaque jour les « dérogations » pour la minorité sous prétexte scientifique/business … 

 

6-

L’article 5 précise aussi : Une information sera faite aux passants éventuels sur le cadre légal respecté.

Nous en profitons pour prévenir et rappeler notre farouche opposition à la privatisation du domaine naturel public : il est hors de question d’interdire ensuite l’accès à la zone sous des prétextes fallacieux, l’Humain coexiste très bien avec les geckos qui vivent dans leur milieu. Il suffit de l’observer à Manapany.

 

7-

Ce projet d’arrêté omet une étude sérieuse de faisabilité biologique et sociologique, n’a présenté aucun dialogue avec le public, ni aucun dossier scientifique et technique solide, et la consultation publique à Noël et jour de l’an est un mépris total de la population locale !

 

Le stratagème est tellement classique ! Procédé sciemment biaisé et donc malhonnête !

Agir ainsi de la part de certains fonctionnaires d’Etat est injustifiable, en langage direct, c’est un vrai « foutage de gueule » illustrant le mépris de quelques-uns, vous savez bien, ce petit clan se croyant toujours au-dessus de la population locale supposée être inculte.

La DEAL est de plus en plus décalée de la population Réunionnaise … et sa direction ferait bien de se préoccuper de l'attitude de certains de ses personnels.

 

 

En résumél’Association Citoyenne s’oppose à ce projet d’arrêté basé sur un dossier vide et une consultation biaisée, qui propose de valider une dérogation à l’arrêté ministériel du 17 février 1989 protégeant le gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata) : 

nous refusons sa capture et sa mise en élevage artificiel, 

nous demandons la lutte contre les prédateurs, action essentielle pour permettre la survie de l’espèce en milieu naturel.

 
Et parions, que comme d'habitude, AUCUN COMPTE-RENDU ne sera public, et on fera comme si cette consultation n'avait pas existé.
Alors que la "consultation se terminait le 6 janvier à minuit, l'article du Quotidien du 10 janvier 2021 est explicite : "D’ici la fin du mois de janvier l’association Nature océan Indien va capturer des bébés geckos et les élever en captivité" 
Ah bon, tout était ficelé d'avance ? Ah bon, du gros bidonnage cette "consultation".
Qui en doutait ?

Action de "com" privilégiée au travail de fond, la spécialité locale cautionnée par la DEAL par ses consultations qui relèvent de l'eskrologie.

acsp - 21:54 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mardi 15 Décembre 2020

Le scandale des NUISANCES SONORES des survols touristiques aériens à l'Ile de La REUNION ! Episode4

Nos propositions pour un tourisme aérien avec un minimum d'éthique. En toute TRANSPARENCE.

Le problème est avant tout l'éparpillement de la nuisance à toute heure de la journée, qui gâche tout même si ce n'est que de temps en temps, mais à répétition, dans la nature ou au domicile : le bruit vous accompagne, on ne peut plus se reposer sans qu'un aéronef vienne tout gâcher pour plusieurs minutes (c'est long plusieurs minutes, dans le calme) à 11h à 12h ou n'importe quand ...

ATTENTION : ce n'est pas un problème de réglementation. En effet, une mesure d'un niveau réglementaire en dB(A) n'est pas représentative des infrasons qui font vibrer les maisons, et ne tient pas compte que même faible en absolu, le bruit aérien est fort par contraste (« l’émergence sonore ») et écrase le paysage acoustique de la nature.

C'est surtout un problème de privation de l'accès au calme dans la nature durant trop de temps, trop systématiquement, et même chez soi si on est en zone habitée, aussi bien sur le littoral que dans les cirques.

Pour donner une idée de ce que peut être une matinée de beau temps sur le littoral (Saint-Pierre), voici un échantillon sonore. Qui peut raisonnablement penser que le plaisir de quelques-uns se situe au-dessus de l'intérêt général de la population, et que ce modèle de tourisme anti-écologique serait l'avenir ?


Images réalisées à Saint-Pierre et Saint-Louis. Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION.


Certains passent à très basse altitude (par exemple le facilement identifiable Robinson R44 jaune immatriculé HXHX), d'autres s'amusent à faire des boucles extrêmement bruyantes depuis qu'un pilote imbécile a commencé à le faire ! Sans oublier gyroptère, et même paramoteur sur la ville en soirée ...
Une banque incroyable d'images horodatées et de vidéos d'appareils identifiés, a été constituée depuis 2017 sur Saint-Pierre. Elle est mise à disposition des services de l'Etat.


Vous connaissez ce spécialiste des basses altitudes ?
Bruit déagréable et caractéristique   ...



Et celui-là ?
Pas de souci, ils sont tous dans la banque d'images horodatées  ...


La Une du QUOTIDIEN de La Réunion du 15/12/2020
Article du QUOTIDIEN de La Réunion du 15/12/2020

Nos préconisations

 

Interdictions générales de survol :

- des zones habitées, des habitations

- des lagons (zones très fréquentées par les familles) bordés d’habitations

- des cirques de montagne et ravines, habités (effet de caisse de résonnance)

 

Interdictions de circuits courts.

 

Interdictions de trajectoires en boucles avec effet « flapping »

Vol en ligne droite obligatoire, éviter tout virage, tout demi tour, et changement d'altitude

 

Privilégier les zones et couloirs de vol sans habitation :

espaces retreints, non habités, sites seuls susceptibles d’accepter des prestations courtes, exemples « trou de fer », « volcan » qui sont déjà des « poubelles à hélicos »

 

Limitation du nombre d’autorisations

 

Contrôle du respect de la réglementation et de l’impact sonore dans toute la gamme des fréquences.


Inventaire, identification, et contrôle de l'activité de tous les aéronefs, en particulier le transport non déclaré des passagers

NB : Dans le cadre d’un processus transitoire, permettant le survol de zones habitées dans des circuits obligatoirement longs, il est essentiel de limiter « l’invasion temporelle », c’est-à-dire de limiter la plage horaire d’impact sonore sur les habitants, pour permettre ensuite la vie dans le calme (période de quiétude).

 

Survols :

* seulement entre 7h et 9h, en ligne droite, trajectoire optimisée, pas de virage, pas de changement d'altitude.

* passages groupés pour éviter pendant cette tranche horaire un enfer de 2 heures de meeting aérien continu : par paquet de 5 par exemple, avec un pilotage correct, 5 hélicos ensemble ne font pas beaucoup  plus de bruit qu'un seul, mais en passant à 5, ils divisent par 5 la durée de bruit par rapport à 5 passages individuels à la suite.
* ne pas dépasser 20 minutes de durée de bruit cumulé : cela correspond à 8 groupes de 5 aéronefs bien orchestrés ou à 8 passages isolés de 3 minutes à peine.

 

Les 2 heures de tolérance ne sont pas 2 heures de nuisances sonores absolument inadmissibles (si ça fait autant de bruit qu'une tondeuse à gazon à 30m, 2 heures chaque jour c'est trop), et de réglementer encore plus au cas où cela déborde dans l'excès.

 

Un engin doit être INTERDIT sans concession en zone habitée, ABSOLUMENT :  l'AUTOGYRE :


(il y en a 2 sur l'île compagnie ZEN-ULM) cet engin fait plus de bruit que 3 hélicos et met 3 à 4 fois plus de temps pour passer, et cela pour un seul client : c'est un non-sens ! On ne doit pas tolérer un aussi désastreux rapport nuisances/service
(un ULM normal rend ce même service, la solution "alternative" existe !)

acsp - 17:39 - rubrique Scandale des survols touristiques aériens nuisibles sonores - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Le scandale des NUISANCES SONORES des survols touristiques aériens à l'Ile de La REUNION ! Episode2

La PRISE DE CONSCIENCE des autorités à l'heure de la Convention Citoyenne et de la Transition écologique.

L'Association Citoyenne remercie officiellement la sous-préfecture de Saint-Pierre, qui, 1 an après notre alerte de 2017 à toutes les autorités, DSAC-OI, Etat, a décidé en liaison avec la DSAC-OI, la mise en place de la CCE (Commission consultative Environnement) Pierrefonds aérodrome.
Nous remercions sincèrement M. Vincent Lagoguey, et M. Giudicelli, sous-préfets de Saint-Pierre, (et leur équipe), pour leur impulsion et leur action positive.

La CCE qui a été finalement mise en place le 13 février 2020, et a validé la formation d'un groupe de travail "Nuisances aériennes sonores", qui pourra servir de modèle puisque toute l'île est impactée. Ce groupe de travail se réunira en janvier 2021.

Le préfet de La Réunion, suite aux mobilisations, a aussi pris la mesure des nuisances qui impactent la population par ces survols touristiques aériens en nombre, et anarchiques. Nous l'en remercions aussi.
En toute transparence (nous sommes une exception à La Réunion), voici le courrier reçu ce 11 décembre 2020 :




 
Nous avons demandé à être concertés lors de la venue de la STAC (section technique de l'Aviation civile) qui devrait venir sur l'île en 2021. En effet, comme nous l'avons expliqué, la mesure des niveaux sonores en dBA excluant les basses fréquences, ne rend pas scientifiquement et objectivement compte de l'impact sonore sur la population et la faune.
Oui à une charte, mais on remarquera que pour les cétacés, un arrêté a été pris dès 2019 !

La population humaine de La Réunion mérite d'être respectée.
Seul un tourisme ETHIQUE pourra perdurer à La Réunion.

acsp - 17:24 - rubrique Scandale des survols touristiques aériens nuisibles sonores - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Lundi 14 Décembre 2020

Le scandale des NUISANCES SONORES des survols touristiques aériens à l'Ile de La REUNION ! Episode1

STOP à l'anarchie SONORE dans le ciel de La REUNION !

 
Le seul tourisme acceptable est celui qui respecte les habitants et la faune de La Réunion.
L'anarchie des survols touristiques aériens qui règne dans cette île, et qui a explosé en 2017, ne peut perdurer en l'état.

Partout sur l'île de La Réunion, la colère monte face au mépris de certaines sociétés et des aéronefs "privés" (qui font du transport non officiel) qui nous survolent en "sauvages" en nous imposant leur bruit !
Hélicos, autogyres ou gyrocoptères, avions, paramoteurs, ULM ...

L'Association Citoyenne de Saint-Pierre réagit depuis 2017 face à ce scandale du "bordel" touristique aérien, et travaille en partenariat avec l'association Cilaos-mon-Amour, qui a une expérience encore plus ancienne de cette problématique. Nous sommes aussi en liaison avec le collectif de Peterboth, le collectif de Saint-Gilles, toute l'île est menacée avec l'augmentation du nombre d'engins, et les projets d'hélistations.
 
L'anayse spectrale, un outil scientifique incontestable de mise en évidence d'une situation scandaleuse imposée à la population de l'île de La Réunion !
On vous l'explique.

Et au fait, qu'en est-il du soi-disant hélico "silencieux" H130 ?
Analyse spectrale ! Vibrations, durée de nuisances ...
Identification des aéronefs.

Le fameux "hélicoptère silencieux" n'est effectivement discret que dans des conditions aussi rares que celles où un diesel automobile pollue aussi peu que selon les normes constructeur : quand les conditions de vol sont idéales, sans virage, sans trop de vitesse horizontale, avec un air dense et sec et une atmosphère calme, pas en altitude... C'est tout le contraire à Cilaos où l'air est humide (on est généralement près de la base des nuages), peu dense (-20% déjà à 2000m), chaud (très loin de "l'atmosphère standard"), et turbulent, surtout dès qu'on a passé 8 à 9h en été et que les turbulences thermiques ont démarré !


Passges d'hélicos tout au long de la matinée, pas de période de repos si beau temps.
Cilaos, un exemple de village habité sacrifié pour le plaisir et le business d'une extrême minorité !

Pour être lui-même respecté, tout touriste à La Réunion, doit respecter sa population, sa faune, et les lieux qu'il visite.

Le touriste ETHIQUE doit BOYCOTTER le survol nocif des zones habitées et des lieux de faune sensible.



acsp - 10:11 - rubrique Scandale des survols touristiques aériens nuisibles sonores - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Samedi 05 Décembre 2020

Arrêté Cétacés-business 2020 : 3 mois après.

Le TA devra-t-il mettre en demeure le préfet ? Cela rappelle plusieurs de nos recours.

 
→ plus

suite de l'article

acsp - 14:32 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Samedi 17 Octobre 2020

Corail sa zanimos bien vivants, sa nout zarlor naturel ! ("trésor vivant")

Alon respekt a li ! Respectons nos amis les coraux !

Comme chaque année, les coraux de nos récifs sont soumis aux aléas naturels, subissent des épisodes de fortes houles, des marées basses en pleine journée avec une forte exposition aux UV très énergétiques, aussi il nous apparaît utile d’éviter d’y ajouter des dégradations d’origine humaine.

→ plus

suite de l'article

acsp - 17:27 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 11 Octobre 2020

Manapany : que cache le maire de Saint-Joseph ?

Une nouvelle prise de conscience face à l'infantilisation de la population locale.

Cela fait des années que l'Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION dénonce les dérives de la gouvernance locale dans le domaine environnemental, que ce soit de la part de quelques fonctionnaires d'Etat ou de quelques élus locaux, adeptes du "missouk" et infantilisant la population locale, méprisée.
→ plus

suite de l'article

acsp - 08:21 - rubrique Actualités - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Lundi 05 Octobre 2020

Consultation bidon Stratégie pour la mer et le littoral Bassin Sud Océan Indien

AVIS Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION

C'est la découverte fortuite d'un article de presse du Quotidien de La Réunion du 27 septembre 2020

→ plus

suite de l'article

acsp - 16:58 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 27 Septembre 2020

Arrêté Cétacés-business 2020 à La Réunion : l'Association Citoyenne dépose un recours au Tribunal administratif.

Nous refusons l'"apartheid" pour l'accès au milieu naturel !


 
 
Face aux dérives locales dans le domaine environnemental que nous dénonçons maintenant depuis des années, et cette fois face à l’absence totale de transparence, de concertation, de consultation (malgré nos demandes), en clair, face au mépris affirmé de la population locale par certaines personnes de la Direction locale de l’Environnement à La Réunion, l’Association Citoyenne n’a pas eu d’autre choix que d’attaquer en justice
l’arrêté préfectoral  n°2479 du 20 juillet 2020 qui a pour objectif non avoué mais avéré par les faits, la privatisation marchande et scientifique de l’observation aquatique des cétacés à La Réunion.

 


 

Notre recours au Tribunal administratif de La Réunion a été déposé ce vendredi 18 septembre 2020, et nous remercions publiquement les avocats Maîtres Normane Omarjee et Gabriel Odier (SELARL KER AVOCATS) qui portent ce recours.

 

N’importe qui, qui aura lu les arrêtés 2019 et 2020 relatifs aux cétacés à La Réunion, peut comprendre qu’imposer juridiquement un moniteur de plongée … sous-marine, ou un brevet d’Etat, pour pouvoir mettre la tête à la surface de l'océan avec palmes-masque-tuba afin d’admirer des dauphins ou des baleines au large de La Réunion, est inacceptable et injustifiable.

 

A quand l’obligation juridique d’un titre de volcanologue pour juste observer une éruption, d’un guide de haute montagne pour aller à pied par un sentier balisé au sommet du Piton des neiges, et d’un diplôme de plongée sous-marine pour aller en palmes-masque-tuba dans le lagon ?

 

Le préfet de La Réunion, qui n’est que de passage, est malheureusement très mal conseillé dans le domaine environnemental.

 

Nous devons réagir face à la mise en place d’un véritable « apartheid » (développement séparé) pour l’accès à la Nature à La Réunion :

les plus fortunés (les pistonnés qui font allégeance auront eux leurs dérogations ...) pourront payer l’accès au milieu naturel et au plus beau, et les plus pauvres devront se rabattre sur les structures artificielles au prix d’accès plus abordable, la Nature « en prison » des parcs animaliers, aquarium, kelonia, et autres structures commerciales en projet, comme ce qui est prévu aussi sous-couvert scientifique avec le projet de business avec images virtualisées 3D de baleines …

 

Cette mise en place d’un accès sélectif par l’argent se double d’une privatisation d’accès à la connaissance du milieu naturel, qui ne serait réservée ainsi qu’à une « élite »,  ce qui conduit à une situation grave de monopole de la connaissance, un risque anti-démocratique. En effet comment contester et garder un esprit critique si l’accès au milieu et donc la découverte, ne serait réservée qu’à une caste ?

 

Aucun habitant de cette île, qui a connu l’esclavage, ne peut accepter le retour aux méthodes des « akaparer », et ne peut rester indifférent aux dérives en matière environnementale, consistant à exclure la majorité sous couverture « scientifique » ou « écolo », en clair, une escroquerie que nous nommons « eskrologie » !

 

Préserver notre Environnement, oui mais au bénéfice de toutes et tous. C’est la seule voie d’avenir, car sans acceptation sociale, on ne protègera rien.

  

L’Association Citoyenne n’acceptera jamais l’institutionnalisation d’un « apartheid » pour l’accès à notre milieu naturel !

 

Plus que jamais, lutter pour nos droits est essentiel pour l’avenir.

 

La protection du milieu naturel passe par l’éducation et l’observation en milieu naturel.

L’Humain fait partie intégrante de la Nature.

 

Merci pour les nombreux soutiens, cet arrêté du mépris de la population locale, aura eu le mérite de faire « rouv les zyeux » à beaucoup de monde … les collusions d’intérêt se sont dévoilées un peu mieux  …

Pour en savoir un peu plus, articles précédents sur ce thème dans la rubrique :
Nature Faune flore Infos


L'Association Citoyenne dénonce le "Cétacés-business" :
VIDEO JT Antenne Réunion 19H Lundi 28/09/2020


On y remarquera que le "professionnel" interrogé fait l'impasse sur l'arrêté du 12 juin 2019,
qui réglementait l'observation suite à une consultation publique, sous-entend que sans diplôme la population locale passionnée serait inapte à l'observation,  .... et omet de préciser l'augmentation du nombre de structures professionelles qui exploitent les cétacés comme un jackpot !

On y remarquera aussi à quel point le responsable de « développement » (…) embauché à l’extérieur, par une association pourtant fortement subventionnée à l'échelle locale (Etat, Région Réunion …), arrivé par avion à La Réunion depuis à peine 2 ans, semble méconnaître l’engagement d’associations locales libres en faveur de l’Environnement.

Parce que l'on s'oppose à la privatisation marchande et scientifique des cétacés, on ne protègerait pas les cétacés ? Qui va gober de telles balivernes ?
lé fini lo temps roul do moune !

On commence à la connaître sa technique de dénigrement .... On va gentiment lui conseiller de revisionner notre vidéo de décryptage ... : https://www.youtube.com/watch?time_continue=308&v=rhGT46TYVS0&feature=emb_logo

(par exemple à 5min03)

Eh oui, il existe d’autres associations à La Réunion …. Eh oui, et en plus non subventionnées (oh misère !) et qui ne vivent pas sur la bosse de certains animaux …

L’Association Citoyenne existe depuis 20 ans, et ses actions en faveur de l’Environnement ne datent pas d’aujourd’hui …et dans le strict bénévolat ...

 

Il ne le sait peut-être pas non plus ..., l’Environnement ne se résume pas aux seuls animaux « bankable » (qui rapportent des subventions), mais constitue un tout, où l’Humain a aussi sa place.

 

Le mépris et l’infantilisation de la population locale, on dit stop. Les limites sont dépassées.

acsp - 16:33 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 3 commentaires

Mercredi 09 Septembre 2020

Stratégies animales.

En plein océan indien.

Découverte exceptionnelle.
→ plus

suite de l'article

acsp - 15:20 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Samedi 15 Août 2020

Plus d'articles :

Calendrier

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974[at]orange.fr

Liens utiles

Archives par mois