S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de la Reunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de la Réunion, qui s'expriment

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS on http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

Dimanche 28 Octobre 2018

Où en est le projet de prison d’animaux BIOPARC !

La honte du business animalier à La Réunion


Forêt publique privatisée !
2018 Etang-Salé (Ile de La Réunion)


Par son jugement du 17 septembre 2018, le tribunal administratif a validé le permis de construire délivré finalement par la commune de l’Etang-Salé le 12 mai 2017. Ce jugement fait le jeu du lobby animalier et de ses complices mais ce n’est pas fini, loin de là.

 

En effet, l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION et l’association ACPEGES poursuivent la lutte contre ce projet archaïque d’exploitation animalière à but lucratif, grâce à la procédure en cour d’Appel administrative de Bordeaux qui a été engagée le 29 janvier 2018 contre le projet d’aménagement.

 

Nous n’allons pas reprendre tous les arguments déjà cités dans nos précédents articles,  aussi pour les journalistes des médias locaux, du moins pour celles et ceux qui ne font pas leurs selfies avec les faucons importés et prisonniers du porteur de projet, il y a des pistes de travail à investiguer.


Franchement, est-ce là la place de cet animal sauvage ?
Une vie d'esclave pour divertir le peuple ?
Et ce, dans la ville du maire de Bras-Panon, le président du Parc national de la Réunion !!!


1/ Comment le Conseil Départemental de la Réunion peut-il céder 8,5 ha de forêt publique à un privé pour un zoo
, structure artificielle de plus en plus décriée ?  

Près de 700 animaux dont 600 d’espèces exotiques !

Et l’introduction de la fauconnerie, une tradition réunionnaise ?

Nous avons demandé fin juillet 2018 au président du Conseil départemental copie de la concession à la SAS Bioparc.

Près de 3 mois après, aucune réponse.

Le Conseil départemental joue l’opacité. Qu’a-t-il donc à cacher ?

 

2/ Comment dans une île où l’on parle d’écologie par buzz, accepte-t-on le sacrifice d’un écosystème de forêt sèche ?


Exceptionnel : accouplement de Furcifer pardalis ("Endormi") en zone de forêt libre.
Photo Joël Calteau (ACPEGES)
Désormais, la zone est PRIVEE !


Eh oui, la zone privatisée renferme des « endormis » pourtant protégés par arrêté ministériel, mais la DEAL locale, qui ne connaît visiblement pas cet environnement s’en fiche.
Lisez le rapport du rapporteur public (qui lui aussi méconnaît le site) et vous verrez que ses affirmations ne vont que dans un seul sens.

 

3/ L’ONF (à la botte du Conseil départemental) a exécuté des travaux à la demande de Bioparc.

A combien s’élève le coût de ces prestations ?

Qui les paie ? Le contribuable ?

 

4/ Sous une autre étiquette (AREF), le même personnage porteur du projet Bioparc, a osé demander à disposer d’un couple de papangues. A présenter dans des écoles … Il faut se faire sa clientèle, n’est-ce pas ?

Le « conseil scientifique régional pour la protection de la Nature", lui (excepté 1 membre qui s'y est opposé), a osé donner un avis favorable à la détention de papangues à ce fauconnier, ce qui correspond pourtant à déroger à un arrêté ministériel, rien que ça !

La DEAL Réunion a donc lancé une consultation publique sur internet sur ce sujet de dérogation concernant notre rapace emblématique, du 6 au 21 avril 2018, soit sur 15 jours.

Là encore c’est l’opacité, le « missouk » !

- Il est impossible d’obtenir la liste des membres du CSRPN réellement présents pour donner l’avis favorable pour la dérogation ! Le président du CSRPN n’a pas tenu sa promesse de consulter l’ensemble du CSRPN pour nous répondre, et à la place, est allé « pleurnicher » à la DEAL, puisque le directeur de la DEAL a trouvé le temps pour nous expédier un courrier commençant par « On me rapporte un questionnement .. » mais sans apporter de réponse à notre demande de feuille de présence réelle.

Bizarre, n’est-ce pas ?

- 6 mois (oui, vous avez bien lu,  6 mois !) après la consultation publique organisée uniquement sur internet par la DEAL, il n’y a aucun résultat publié suite à cette consultation publique. Bizarre, n’est-ce pas ?

http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/consultations-en-cours-r302.html

En résumé, que cache la direction de la DEAL ?

 

Face à l’omerta locale, nous avons alerté le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui lui, à la différence du CSRPN et de la DEAL locale, nous répond immédiatement.

Le Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO a ainsi demandé à la Délégation permanente de la France auprès de I'UNESCO de bien vouloir leur faire parvenir ses commentaires à ce sujet et en assurer le suivi approprié.

 

5/ Letchis sur le gâteau, le comportement du maire de l’Etang-Salé !

Alors là, cela mériterait une étude …

La délibération du conseil municipal de l’Etang-Salé le 9 décembre 2013 était claire : sur les 25 votants, rappelons que 18 élus avaient émis un vote "contre" le projet Bioparc. "Je ne suis pas du genre à manger mon chapeau !", réplique Jean-Claude Lacouture.
http://www.zinfos974.com/Lacouture-ne-veut-pas-du-zoo-Bioparc-sur-sa-commune_a75806.html

 

Ce maire nous avait ensuite, lors d’une entrevue en mairie, expliqué qu’il recevait des « recommandations » lui incitant à aller en faveur de ce projet, mais qu’il n’était pas du genre à se laisser dominer sur son territoire.

La commune refusa en toute logique de donner le permis de construire à Bioparc.

 

Le tribunal administratif saisi par Bioparc, donne raison à .. Bioparc face au refus de la mairie, sous peine d’astreinte.

Au lieu de  se défendre contre Bioparc, avec pourtant ses moyens financiers, la mairie cède et accorde le permis, le 12/05/2017.

 

Nous attaquons logiquement ce permis, tout en avertissant la mairie, puisque la mairie affirme être toujours opposée à Bioparc.

 

Et voilà qu’au cours de la procédure, nous découvrons que, face à nos associations exclusivement bénévoles, se retrouvent les avocats M. Rémi Boniface pour Bioparc, et M. Jean-Jacques Morel pour la mairie d’Etang-Salé, qui demandent tous les deux notre condamnation à 4 000 euros d’amende !  

 

Honte à vous M. Lacouture !

Votre comportement indigne est à l’image du dégoût que suscite la politique politicienne dans la population.

Finalement, vous êtes à plaindre car vous vous êtes ridiculisé en reniant votre parole, vous finissez bien mal car vous avez baissé la tête, lamentablement.

Vous trahissez même ce qui s’affiche au rond-point devant votre mairie : « Papangue, héritage de liberté, paysage métissé, plane sur mes dunes. (Kako Dambreville). »



6/ Il est bon de rappeler que :

- c’est l’action juridique de l’ACPEGES (plus de 3 ans de procédure) grâce à une délibération de la Cour d’Appel administrative de Bordeaux du 02 septembre 2008, il y a déjà 10 ans, qui a sauvé de la privatisation une zone énorme prévue pour extension du golf

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/affaire-du-projet-d-extension-du-golf-de-l-etang-sale

 

- c’est l’action juridique de l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION (plus de 4 ans de procédure) qui a empêché un projet de dénaturation du site de Grand-Anse avec privatisation larvée (restaurant de plage Kokoa du Palm vanté avant même le projet … avec transats parasols sur plage …. Ça vous rappelle quelque chose ?)

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/victoire-pour-grand-anse

 

Il est donc important que toutes les personnes et associations (auteurs de manifestations importantes) qui jouissent actuellement de ces espaces naturels, se rendent compte qu'elles bénéficient du travail que nous avons mené pour l’intérêt général, et qu’elles apportent leur soutien et/ou leur engagement pour faire en sorte que les espaces naturels publics restent PUBLICS.

Alors que la population augmente, la réaction populaire est nécessaire envers les politiciens locaux et les représentants de l’Etat pour s’opposer à la privatisation de nos espaces naturels, un BIEN COMMUN qui doit rester d’accès libre et gratuit.

 

Ce projet mal-né, mal nommé « bio » PARC, reposant sur de la manipulation dès le début (enquête publique), et des collusions d’intérêts pitoyables avec le business animalier, n’aura pas d’avenir à La Réunion.

 

NB : Que l’on ne s’y trompe pas, les employé(e)s du Conseil départemental, de l’ONF,  de la DEAL, de la mairie d’Etang-Salé, ne sont pas responsables, ils subissent les ordres contestables de leur direction.

NB : Voici ce qu’est devenu l’ancien zoo pitoyable de  Saint-Denis : un potager partagé  pour les dionysiens, une zone devenue d'intérêt général :

https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2018/10/25/VIDEO-Les-jardins-familiaux-du-Chaudron-un-potager-partage-pour-les

Et dire que le conseil départemental de la Réunion, cautionne par sa concession d’une partie de « nout forêt »  une prison d’animaux, illustrant sa vision arriérée de l’animal prisonnier pour le business !

acsp - 15:51 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Découverte confirmée d'une nouvelle espèce Karstama vulcan

Grâce à l'accès libre au Patrimoine Naturel !

Le mardi 25 novembre 2014, le blog de l'Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION (ACSP) annoncait, photo à l’appui, la découverte réalisée par Nicole Crestey (Vice-présidente de l'ACSP), l'observation d'un crabe à très longues pattes, encore inconnu à La Réunion, dans un tunnel de lave du sud.

→ plus

suite de l'article

acsp - 10:12 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 1 commentaire

Samedi 04 Août 2018

La Réunion décadente !

La privatisation de la forêt publique ! Pour une prison d'animaux !

Les images parlent d'elles-mêmes.
Les noms des complices de ce scandale resteront gravés par leur lâcheté dans l'Histoire de La Réunion.


Forêt domaniale "publique" d'Etang-salé. 04/08/2018
Privatisation du patrimoine naturel pour le projet de prison d'animaux hypocritement nommé "bio" parc !

acsp - 11:36 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 6 commentaires

Samedi 30 Juin 2018

Maloyab dénonce le scandale "bio"parc/dérogation papangues ...

A voir absolument et partager.



Lien de la vidéo (plus de 26 000 vues !) :
https://www.facebook.com/maloyab/videos/1960603733963723/



Papangue libre, emblème de la ville d'Etang-Salé-REUNION
La DEAL va-t-elle oser déroger à un arrêté ministériel de protection des papangues ?

acsp - 21:58 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Vendredi 22 Juin 2018

ONF REUNION : le saccage de la forêt !

Flagrant délit le 22 juin 2018. Une HONTE !

Alors que la parcelle AN52 avait été reboisée dans les années 80, avec l’argent PUBLIC, il y a donc plus d’une trentaine d’années, voilà que l’ONF décapite les arbres en 2018 !


Saccage de la forêt. ONF-REUNION.



Ces images réalisées le 22 juin 2018 parlent d’elles-mêmes.
N.B : Bien sûr, les ouvriers ne sont que des exécutants.

Les responsables de ce massacre sont les donneurs d’ordre, l’administration de l’ONF, complice des basses besognes du Conseil départemental de la Réunion qui a donné 8,5 ha de la forêt publique en concession au profit d’un privé pour son projet de prison d’animaux dit « Bioparc » avec introduction de la « fauconnerie » à La Réunion !

 

La population va enfin prendre conscience de la privatisation de la forêt.

Le domaine public maritime, les forêts, les espaces naturels de La Réunion sont en train d’être accaparés par certaines personnes au détriment de l’intérêt général !

Il semble clair que cette dilapidation de l’espace public, menée par certains politicien(ne)s, va finir par leur revenir en « boomerang » !



Zone approximative de forêt publique, privatisée.
Concession énorme de 8,5 ha
www.geoportail.gouv.fr/

 

Les panneaux rouges « propriété privée » sont apparus dans cette forêt, images de la concession de 8,5 ha cédée par le Conseil départemental à la SARL « Bioparc » du fauconnier. Une superficie énorme, alors que l’aménagement dans un premier temps (faut pas se faire d'illusions avec les manipulateurs) porte sur 4,5 ha …



Une honte pour le Conseil départemental de La Réunion !


L’ONF, officiellement, (selon le responsable du secteur Sud que nous avons contacté la veille) réalise des travaux de débroussaillage pour mettre aux normes les DFCI (Dispositif forestier contre incendie), mais nous savons qu’en fait l’ONF réalise une prestation de travaux demandée par Bioparc. Pour quel montant ?

 

Comment l’ONF, censée protéger le patrimoine végétal, peut-elle détruire ces grands arbres (rappelons-le, plantés avec l’argent PUBLIC), alors que la clôture de la concession ne l’impose pas ?

N’y-a-t-il pas, à l’ONF, un écologue pouvant se déplacer sur le terrain, chargé d’évaluer les impacts des décisions et éviter en amont les dérives ?



Saccage signé ONF-REUNION


Saccage signé ONF-REUNION


Toute la population a de visu la confirmation que
le projet « Bioparc » à but lucratif avec de l’exploitation animale, n’a que faire de la Nature Réunionnaise.


PS :

- On vous passe la protection des caméléons dits « endormis » présents dans la zone et protégés par arrêté ministériel. La DEAL s’en fiche,  le rapporteur public du TA ne connaît pas …

- On vous passe le fait que la parcelle privatisée a été reboisée en partie en tamarins, aux frais du contribuable … zone devenue désormais « privée » …

- Et quel bel EXEMPLE(!!!) donne l’ONF pour la préservation de la forêt ?

acsp - 18:03 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 2 commentaires

Jeudi 21 Juin 2018

REAGIR pour faire RESPECTER les PAPANGUES !

Vigilance en attente de la décision de la DEAL. QUI osera mettre nout papangues en prison pour des spectacles de foire ? Actualisé le 04 août 2018

Comme vous le savez,

L’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION et l’Association ACPEGES, continuent la lutte juridique contre le projet de zoo « bioparc » du fauconnier Gougache.

- action en appel en cours à la Cour administrative d’appel de Bordeaux contestant la décision du Tribunal administratif de La Réunion du 14/12/2017, validant après 3 ans de procédure le projet de zoo bioparc

- action au Tribunal administratif en cours contre le permis de construire accordé par la mairie d’Etang-Salé

 

La demande de ce fauconnier de disposer de papangues pour les « présenter des des écoles » est dans la logique de sa stratégie en faveur de son projet de zoo. Quoi de mieux effectivement d’avoir accès aux écoles publiques et à un potentiel de futurs clients de son projet à but lucratif ? En attendant, avec la complicité de certains, il poursuit son oeuvre de manipulation de l'opinion, comme si l'éducation à la Nature en 2018, passerait par des animaux prisonniers, soumis à leur maître pour survivre ... et au comportement artificiel.

Un petit peu de bon sens suffit à se rendre compte de cette absurdité. Le business animalier, même sur un petit territoire qu'est notre île est un véritable lobby, mais cela ne nous arrêtera pas, l'avenir nous donnera raison.

Dans les disciplines scientifiques, on apprend à nos jeunes à analyser.
Voici un cas d'espèce avec le comportement de la DEAL REUNION, accompagnée du "conseil scientifique régional pour la protection de la Nature" qui, lui (excepté 1 membre qui s'y est opposé), a osé donner un avis favorable à la détention de papangues au fauconnier qui a débarqué à la Réunion, ce qui correspond pourtant à déroger à un arrêté ministériel, rien que ça !
"Conseil scientifique régional pour la protection de la Nature" qui, malgré la promesse de son président, n'a pas daigné répondre à notre demande de transparence sur les membres présents lors de la délibération ...

La DEAL réunion a lancé une consulation publique sur internet sur ce sujet de dérogation concernant notre rapace emblématique, du 6 au 21 avril 2018, soit sur 15 jours seulement.
La SEOR n'a été informée que lors de la dernière semaine, et ACSP et ACPEGES 4 jours avant la fin grâce à des membres vigilants ...

Au 04 août 2018, soit près de  4 mois après cette consultation, le site de la DEAL n'est toujours pas actualisé, et aucun rapport sur la consultation n'est disponible.
Ainsi, d'un côté, urgence, soit 15 jours de consultation (avec communication réduite) et de l'autre, ça traîne, sans même le moindre rapport de consultation ...

Etrange, n'est-ce pas comme procédure ... voilà comment cela se passe à la Réunion.
On connaît par coeur la musique, attendre la période des vacances scolaires pour passer en missouk et faire le moins de vagues possibles ..... A chacune, chacun, de se forger sa propre opinion sur les pratiques locales, c'est cela la liberté de penser.

On attend ?
4ème année de lutte juridique face un business animalier sous-couvert de sensibilisation à l'Environnement, on n'est plus à des jours et des mois près. Nous y sommes habitués, et surtout cela ne peut que renforcer notre détermination.


Site DEAL Réunion mis à jour le 03/08/2018 (vérifié le 04/08/2018)

A lire ou relire :
http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/urgence-reagir-pour-faire-respecter-les-papangues


La position de la SEOR. 28/05/2018.
Quotidien de la Réunion

 
29/06/2018 : Bruno David, président du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN), propriétaire du zoo du Bois de Vincennes : (en baisse de fréquentation) !

"Nous n'organisons pas de spectacles avec des rapaces, nous ne forçons pas les animaux à se présenter devant le public. Si une otarie n'a pas envie de se montrer, nous ne la poussons pas à sortir avec une lance à eau"

A La Réunion, la DEAL, elle soutient ce genre de pratique .... cherchez l'erreur.
https://www.clicanoo.re/AFP/Article/2018/06/29/Renove-le-parc-zoologique-de-Paris-reve-dun-public-plus-nombreux_537674

acsp - 17:36 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 2 commentaires

Vendredi 01 Juin 2018

Sakifo respecter à Saint-Pierre ? Zarlor nout lagon !

Actions 1er et 2 juin 2018 SEDD. Actualisation : les autorités ont partiellement réagi!


C'est "sakifo" pour une "station balnéaire en 2018 ?


Bravo à la classe de CE2 "Bellier" de l'école LOUIS PASTEUR à Saint-Pierre
, qui dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable 2018 réalisent le projet :

"DECHETS dans la RUE : de l' EGOUT au LAGON" / ART-DUR et NETTOYAGE de PLAGE.

Ils interviennent ce vendredi 1er juin pour un second nettoyage de plage, partie intégrante d’un projet scolaire "SAUVONS LE LAGON".


Une conscience environnementale qui devrait interpeller nos élu(e)s ...


De plus, ces artistes en herbe réalisent une "performance" sur le quai, avec la réalisation en direct d'une oeuvre plastique collective en 3 dimensions, sur leur thème revendiqué et en utilisant les déchets sortis de la plage. http://www.evenements.developpement-durable.gouv.fr/campagnes/evenement/9094

 


Du bon sens.


De "l'art-dur" à sin pir, station balnéaire Saint-Pierre-REUNION, 2018
Avec au 1er plan, une hérésie, des poubelles enterrées avec vue sur mer.
Sans même aucun étiquettage malgré notre demande.
C'est ça sakifo pour la ville ?


Un grand merci aux enfants, aux parents qui participent activement à cette action et au porteur de projet Bruno Lullin, très actif « délégué Petit Boulevard » de l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION.

 


De plus, ce samedi 2 juin, toujours au Petit Boulevard de Saint-Pierre, une 2ème action dans le cadre de la SEDD est lancée :

http://evenements.developpement-durable.gouv.fr/campagnes/evenement/9093

« LES GRAVATS SUR LES PAVES, PAS SUR LA PLAGE »




Matériaux de construction sur plage ...


Poteau en béton ... dans lagon. Malgré notre demande d'enlèvement !


En effet, vu l’absence de réponse à nos demandes orales et écrites envers les autorités locales,
une action est menée à la plage du "Petit boulevard de la plage" à Saint-Pierre-Réunion pour débarrasser la plage en cours de réhabilitation des quelques tonnes de gravats que les autorités se refusent à enlever.


Rassemblés déjà sur 4 spots, le long de ces 150 mètres de plage, ces fragments de béton et carrelage n'attendent plus qu'une poignée de citoyens actifs, amoureux du lagon et fans de propreté, pour "se payer le travail de gens payés pour ce travail".


Autrement dit, déposer des gros tas bien visibles sur le quai, pour que les services techniques les enlèvent, un jour...


Action soutenue par l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION, qui a obtenu récemment la démolition de la construction du bar "Ali beach" illégalement construit par Alizés-Plage sur la plage publique de Saint-Pierre !


Le lagon de Saint-Pierre, avec ses plages publiques,
sont une richesse et un patrimoine exceptionnels qu’il est nécessaire de préserver pour toutes et tous !



Travail bénévole d'enlèvement de gravats.



Gravats bien disposés en bordure de voie pour ramassage par ... mairie/CIVIS ?
Entrée Est Plage du Petit Boulevard.
Affaire à suivre ...


Rampe d'accès Entrée Ouest. Plage du Petit boulevard.
Mur en ruine.
Pour rappel 1M€ de réaménagement ...

Le pire : un danger public, un trou important avec risque d'accident, avec de plus risque effondrement du mur !


Risque pour la sécurité publique.
Trou en haut.
Responabilité engagée des élu(e)s de Saint-Pierre que nous alertons !


Vue d'en bas.


De fait, 2 zones d'effondrement possible.


Gravats sortis de la plage.


Gravats bien disposés en bordure de voie pour ramassage par ... mairie/CIVIS ?
Entrée Ouest Plage du Petit Boulevard.
Affaire à suivre ...

Nous vous tiendrons évidemment au courant de l'attitude des autorités "responsables".

Actualisation : 10 juin 2018
Comme promis nous informons de la suite.
Les autorités ne nous ont pas répondu, mais ils ont fait une part de leur travail à notre demande puisque les gravats disposés en bordure de route ont été enlevés ! Nous les remercions.
Un grand bravo à Bruno et aux enfants pour ces intiatives lors de la semaine européenne du dévelopement durable 2018.

Il reste :
- des poteaux béton encore dans l'eau
- à disposer une grille sur la bouche qui deverse les eaux pluviales directement dans le lagon et les déchets avec ! (qu'il faudra nettoyer régulièrement)
- sécuriser la zone à risque, etc.


Nous le répétons aux responsables depuis des années, c'est en amont qu'il faut agir pour maintenir une qualité des eaux essentielles à la fois pour la faune marine et pour l'humain.

Les évènements largement prévisibles de cette année 2018 ont largement prouvé, s'il en était encore besoin, la justesse de nos positions.
Nous, nous ne pleurnichons pas et ne faisons pas du cinéma pour obtenir des sous pour des projets-bidon de pseudo-réparation ...

acsp - 15:27 - rubrique Saint-Pierre MER - Version imprimable - Permalien - 1 commentaire

Mercredi 18 Avril 2018

URGENCE : REAGIR pour faire RESPECTER les PAPANGUES !

21 avril date limite de consultation publique sur internet !

Nous sommes aujourd’hui à nouveau au regret, et dans l’urgence, obligés d’alerter la population au sujet d’une dérogation à une interdiction prévue à l’article L.411-2 du code de l’Environnement portant sur les espèces protégées que le représentant local de l’Etat à l’Ile de La Réunion, s’apprête à décider !

 

Nous venons de découvrir qu’une consultation du public se tient actuellement (durée limitée à 15 jours, du 6 au 21 avril 2018) relative à un projet de dérogation à une interdiction prévue à l’article L. 411-2 du code de l’environnement portant sur les espèces protégées par le transport, la détention et l’utilisation d’une espèce animale protégée Circus maillardi, (Busard de Maillard) communément appelée « papangue », seul rapace endémique de La Réunion, espèce en danger (UICN).

 

L’Etat souhaite donc fournir 2 individus de Circus maillardi (pourtant protégés par arrêté ministériel) à une entreprise privée (l’EIRL Bernard Gougache), sous prétexte de procéder à la aux scolaires pour des opérations de sensibilisation dans les écoles !



Papangue LIBRE ! Comportement NATUREL !

 

Nous avions déjà alerté sur le scandale du projet de zoo « bioparc » à La Réunion.

Eh bien, justement, l’Etat souhaite fournir ces Circus maillardi au même individu qui porte aussi le projet de zoo « bioparc » à but lucratif !

 

Il faut savoir que :

L’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION et l’Association ACPEGES, continuent la lutte juridique contre le projet de zoo « bioparc » du fauconnier Gougache.

- action en appel en cours à la Cour administrative d’appel de Bordeaux contestant la décision du Tribunal administratif de La Réunion du 14/12/2017, validant après 3 ans de procédure le projet de zoo bioparc

- action au Tribunal administratif en cours contre le permis de construire accordé par la mairie d’Etang-Salé

 

La demande de ce fauconnier de disposer de papangues pour les « présenter des des écoles » est dans la logique de sa stratégie en faveur de son projet de zoo. Quoi de mieux effectivement d’avoir accès aux écoles publiques et à un potentiel de futurs clients de son projet à but lucratif ?

 

Rappel :

Le scandale Bioparc : création d’un parc animalier et introduction de la fauconnerie à La Réunion ! Avec privatisation d’une parcelle de forêt publique à Etang-Salé.

 

Importation dans notre petite île où la faune endémique est menacée, de 680 animaux sauvages, dont 350 oiseaux, 60 mammifères et 270 reptiles, et projet prévoyant notamment la de rapaces en vols.

http://la-reunion.tribunal-administratif.fr/Actualites/Communiques/Bioparc-autorisation-d-exploitation-d-un-parc-animalier-a-l-Etang-Sale

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/foret_etang_sale_oiseaux.shtml

 

Ce projet de zoo masqué sous appellation "bio" fait perdurer une vision rétrograde de l'animal, enfermé pour le plaisir de certains humains et le business de quelques autres.

Un projet contraire aux objectifs annoncés, anti-pédagogique pour la préservation de la biodiversité, avec importation massive d'animaux, et caution déguisée pour la filière NAC (Nouveaux Animaux de compagnie) qui organise l’invasion de la Réunion avec des animaux exotiques avec les risques sanitaires et d’insécurité pour notre faune endémique.

 

Ce projet se situe de plus dans un corridor emprunté par les pétrels de Barau (Pterodroma baraui espèce endémique menacée) pour rejoindre depuis la mer, leurs sites de nidification. Malgré les millions d’euros mis en jeu pour leur protection (programme Life+Pétrels), les acteurs de ce programme ni le parc national n’ont réagi. Seules l’Association Citoyenne et l’Association Acpeges ont engagé un recours au tribunal administratif de la Réunion contre ce projet. Notre recours a été rejeté, après 3 ans de combat juridique, en décembre 2017, ce qui nous conduit à réfléchir à un appel en décentralisant l’affaire loin des facteurs locaux d’influence, à la Cour d’appel administrative de Bordeaux.

 

Le lobby du business animalier semble avoir un énorme pouvoir localement, sous prétexte d’activité économique, …et des relations.

Même le CSRPN (Conseil Scientifique Régional pour la Protection de la Nature) a validé la mise à disposition du porteur du projet Bioparc, M. Gougache, de papangues (Circus maillardi)  rapaces endémiques pourtant protégés par arrêté ministériel !

 

-------------------------

En effet, la DEAL a préalablement demandé au Conseil scientifique régional pour la protection de la nature (CSRPN) son avis, avis référencé N°2017-07 du 18 juillet 2017.

Le CSRPN de La Réunion a donné un avis favorable à M. Gougache (AREF ou Association réunionnaise d’effarouchement et de fauconnerie) pour une autorisation de détention et de au public de papangue avec des réserves, par le vote suivant :

 

14 votants dont 5 procurations

2 absents excusés et non représentés

11 réponses favorables dont 4 procurations

1 réponse défavorable

2 abstentions dont 1 procuration

 

Le 16/01/2018, l'Association Citoyenne a contacté par mail le président du CSRPN, M. Troadec, pour lui demander de nous fournir communication du document complet signé par les personnes présentes et votantes, attestant de leur présence et justifiant la légalité de cet avis.

Après quelques échanges, sans aucun document fourni, le président du CSRPN indiquait le 21/01/2018 qu’il allait « porter la consultation en premier lieu à l'ensemble des membres du CSRPN à des fins d'une réponse concertée. ».

Ce 17/04/2018, soit 3 mois après, aucune réponse du CSRPN ne nous a été apportée.

Tout-un-chacun ne pourra que s'interroger sur la légalité de cet avis du CSRPN.

 

Le CSRPN de La REUNION refuse la transparence et joue l'OPACITE !!!

Voici sa composition, totalement publique, publiée sur le site de la DEAL : Composition du CSRPN (Conseil scientifique Régional pour la « Protection » de la Nature) selon l’arrêté N°13-684/SG/DRCTCV.

 

Président du CSRPN

« Spécialité »

M. Roland TROADEC

sédimentologie marine

 

 

Membres

 

M. Joël DUPONT

botanique

M. Patrick FROUIN

biologie marine

M. Serge QUILICI

entomologie

Mme Sonia RIBES

océanologie

M. Jacques ROCHAT

entomologie

M. Marc SALAMOLARD

ornithologie

Mme Sarah CACERES

zoologie

M. Hermann THOMAS

botanique

M. Julien TRIOLO

écologie forestière

M. Pierre VALADE

ichtyologie dulçaquicole

M. Vincent BOULLET

botanique

Mme Violaine DULAU

faune marine

M. Philippe MAIRINE

géologie

Mme Karine POTHIN

écologie des récifs coralliens

M. Mickaël SANCHEZ

herpétologie

M. Luc GiGORD

botanique

 

 

Experts extérieurs

peuvent assister le CSRPN sur demande du président

 

 

M. Roger LAVERGNE

botanique et ethnobotanique

M. Mathieu LE CORRE

ornithologie

M. Jean-Pascal QUOD

écolotoxicologie

M. Vincent FLORENS

malacologie terrestre

M. Thierry PAILLER

biologie végétale et botanique

M. Dominique STRASBERG

écologie terrestre et botanique

M. Emanuel TESSIER

ichtyologie des récifs coralliens

M. Pierre BOSC

ichtyologie

M. Lionel BIGOT

écologie marine

 

 

 

Faut-il le rappeler : sans aucune preuve, il est fait mention de

11 réponses favorables dont 4 procurations

A analyser avec les domaines de spécialité ……. sur un avis relatif à un oiseau …

De plus, l’avis ne précise aucunement s’il a été fait appel à des « experts extérieurs ».

 

En fait, au lieu de nous répondre, ce président du CSRPN a transmis notre correspondance mail à une personne de la DEAL, qui par la suite a tenté de nous intimider. Nous ne détaillerons pas ici la méthode.

Cela ne fait que renforcer nos interrogations  sur un avis opaque et une collusion CSRPN-DEAL sur cette affaire, la DEAL soutenant le projet de zoo bioparc du même Gougache, qui au Tribunal administratif, faisait vanter par son avocat sa future obtention de papangues, ce qui lie indiscutablement de fait, dans le grand public, cette dérogation au projet bioparc.

 Pièces complémentaires :


- copie d’écran montrant la de la « concertation sur 15 jours ( !) sur site de la DEAL dont le lien d’accès est : http://www.reunion.gouv.fr/spip.php?page=forum&id_article=3746

- projet d’arrêté préfectoral déjà ficelé à télécharger ici : http://www.reunion.gouv.fr/IMG/pdf/ap-arefv2.pdf

 

- Fiche-action14 extraite du Plan de Conservation du papangue 2011 cité dans l’arrêté et qui est utilisé entre autres comme justificatif de la dérogation pour l’EIRL de Bernard Gougache (entreprise à responsabilité limitée (EIRL) est un régime qui concerne les entrepreneurs individuels qui souhaitent cloisonner leur patrimoine personnel et leur patrimoine professionnel ….)

Le plan complet est disponible au téléchargement ici : http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/PDC_Papangue_cle79cef6.pdf

- Article publié le lundi 16/04/2018 sur www.zinfos974.com

- Article publié le mercredi 18/04/2018 sur www.clicanoo.re

- lien de visualisation du JT TV Reunion1 de 12h30 le mardi 17/04/2018 avec prise de position SEOR : de 7min25 à 9min30 :
https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/emissions/journal-de-12h30

ou l’extrait à télécharger (96 Mo) grâce au lien valide 6 jours à partir du 18/04/2018 :
https://we.tl/5GW4DqudGg



- article de presse du 03/11/2017 QUOTIDIEN de La Réunion dans lequel au Tribunal administratif, l’avocat de M. Gougache fait déjà mention de papangues qui vont être attribués à ……. Bioparc !!! Oui, vous avez bien lu, en novembre 2017 déjà, soit plus de 5 mois avant cette consultation officielle … !!!!!!!!!

Comme MANIPULATION du tribunal et du grand public, on ne fait pas mieux ……



- article de presse du 02/11/2018 Journal de l’Ile de La Réunion

Notre position :

Alors que la sixième extinction de masse des espèces s’accélère, alors que des financements européens et de l’Etat français (des millions d’euros) sont mis en œuvre pour tenter des espèces menacées comme à La Réunion, alors que l’association spécialisée Oiseaux à La Réunion (la SEOR) œuvre pour sauver, soigner, sauvegarder des oiseaux protégés par arrêté ministériel, personne ne peut comprendre ni admettre l’incohérence que serait la mise à disposition de papangues (espèce protégée par arrêté ministériel) à une effaroucheur-fauconnier dont le but médiatiquement affiché à La Réunion est l’ouverture d’une structure à but lucratif tout en privatisant une zone de rare forêt sèche, à l’Etang-Salé.

Sensibilisation ? Quel prétexte fallacieux !
De fait, dans le cas des oiseaux de La Réunion, n’est-ce pas le travail connu et reconnu de la SEOR association agréée pour sauver les oiseaux, et sans but lucratif, qui œuvre le mieux à la sensibilisation ?

Qui peut oser prétendre, sous-couvert de sensiblisation (et contrairement à la fiche 14 du Plan de conservation du papangue), qu’il faille «donner » tout d'un coup à un privé, qui veut de plus importer un stock d’animaux pour son projet de zoo, le rôle d’aller présenter dans des écoles des animaux affaiblis sous-couvert de sensibilisation ?
Où est l'intérêt général en faveur de la biodiversité dans une telle opération-bidon et artificielle ?

Est-ce le rôle de l’Etat de permettre jusque dans 30 écoles par an, à un promoteur de zoo, d’utiliser des papangues pour se mettre en valeur et finalement se constituer une clientèle de futurs visiteurs potentiels de zoo ???

Comment les représentants locaux de l’Etat pourraient-il cautionner les nombreuses manipulations et déplacements des oiseaux affaiblis, et le stress ocasionné ?

Comment oser prétendre sensibiliser à la protection du papangue, emblème de liberté à La Réunion, en proposant des animaux qui ne sont pas nés en captivité, emprisonnés, soumis à un dresseur ? Est-cela l'éducation à la Nature à apporter aux enfants, souhaitée par l'Etat à La Réunion ?

Cette méthode est anti-pédagogique et ne peut pas, en toute décence, obtenir l’aval de l’Education nationale à La Réunion.

La vraie pédagogie consiste à apprendre à observer et à analyser le comportement des espèces en milieu naturel, tout en respectant la liberté de l’animal. 


Papangues parfaitement observables en liberté, au comportement NATUREL !

La vision de l’animal prisonnier, au comportement artificiel considéré comme ambassadeur de la nature, est une vision archaïque et rétrograde, qui n’a pas lieu d’être à notre époque, où de plus, pléthore d’excellents ouvrages et documentaires vidéo existent pour compléter l’observation in situ.

Il est donc une évidence : nous nous opposons catégoriquement à la dérogation que l’Etat (avec l’avis contestable du CSRPN local) souhaite accorder à l’EIRL Bernard Gougache, avec une dérogation à une interdiction prévue à l’article L.411-2 du code de l’Environnement portant sur les espèces protégées.

Comment agir ? Limite 21 avril !!!

PARTICIPER

1/ Préparer votre position en élaborant un petit texte en votre âme et conscience

2/ Aller sur le site de la consultation en ligne :
http://www.reunion.gouv.fr/spip.php?page=forum&id_article=3746

3/ Indiquer dans les cadres, votre NOM, votre mail, un titre (par exemple, si vous souhaiter vous opposer à cette dérogation, NON à la dérogation)

4/ Copier votre texte préparé à l’avance et collez-le dans le cadre du « Texte de votre message ».

En bas à droite, cliquer vous permet de visualiser, avant de valider.

DIFFUSER DANS TOUS VOS RESEAUX, amis, familles etc, ce document informatif pour qu’un maximum de personnes puissent se faire leur propre opinion, et si elles le souhaitent, s’opposer à cette dérogation inadmissible concernant nos papangues protégés pourtant par arrêté ministériel.

Après samedi 21 avril ce sera trop tard.

Mieux valent juste quelques mots que pas de participation !

5 minutes suffisent !

UN GRAND MERCI A TOUS et TOUTES, LES PASSIONE(E)S DE VRAIE NATURE !

acsp - 14:23 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 1 commentaire

Dimanche 08 Avril 2018

Rendre au PUBLIC son patrimoine naturel !

NON à la PRIVATISATION de "nout patrimoine" !


Privatisation de la plage PUBLIQUE de Saint-Pierre de La Réunion 2018


Depuis des années, c'est un combat permanent mené par l'Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION, que celui mené face aux privatisations de l'espace naturel PUBLIC.

 

Nous n'avons eu de cesse de demander aux autorités locales comme à l'Etat (DEAL) de faire respecter la LOI.

Nous n'avons eu de cesse de tirer la sonnette d'alarme !

 

Nos demandes ont toujours été pacifiques et légalistes, mais face au LAXISME généralisé des autorités qui laissent privatiser le patrimoine naturel SANS REAGIR, la naissance d'une réaction violente d'une partie de la population nous semblait être une évidence, et ce qui intervient ce 08/04/2018 à l'Hermitage était largement prévisible.

 

On ne peut plus continuer à l'Ile de La Réunion, tout petit territoire à la population croissante et à l'espace naturel de plages réduit, à privatiser le BIEN PUBLIC.

 

La responsabilité de la situation actuelle n'incombe-t-elle pas directement aux "akaparer" de patrimoine à but lucratif et aux autorités locales et de l'Etat qui, par leur laxisme flagrant, ont engendré frustrations tout en tentant de diviser la population Réunionnaise ?

 

Un seul exemple pour vous montrer l'inaction des autorités :

Depuis des années nous nous opposons à la privatisation de la plage publique de Saint-Pierre par la structure Alizés Plage, qui, non contente de disposer d'une structure en bordure de plage, déborde aussi sur la plage par des tables, chaises, transats, parasols géants avec pieds béton dangereux qui restent à demeure dans la plage. Alizés Plage a même construit un bar SUR la plage.

 

Avec le soutien d'usagers de la plage, nous avions le 13/01/2017 contacté la DEAL et dénoncé ces faits.

Attention, nous ne critiquons pas les employés, qui eux, doivent subir les décisions des chefs.

Rien n'a bougé.

 

Le 05/12/2017, nous avons cette fois remis en mains propres à toutes les autorités un courrier demandant la résiliation de la convention entre la Commune de Saint-Pierre et SNC Alizé Investissement, (suite à délibération du Conseil municipal n°4/135 en date du 28 mai 2008, pour une durée maximale de 12 ans) pour faute grave. Et nous avons cité les éléments juridiques.

 


Ont été réceptionnaires du courrier :

M. Le maire de Saint-Pierre
M. Le sous-préfet de Saint-Pierre,

M. Le procureur de la République
M. Le directeur de la DEAL

M. Le délégué CLSPD, sécurisation et médiation, et Environnement
M. Le directeur Vie citoyenne
M. Le délégué sécurité

M. Le chef de la police municipale


Plus de 4 mois après, malgré une démarche pacifique et légaliste, AUCUNE réponse ne nous a été apportée par ces mêmes autorités.

 

Nous laissons à chacune, chacun, se faire sa propre opinion.

Une question se pose au final : QUI génère la violence puisque les voies légales sont méprisées ?

Pour rafraîchir la mémoire de certaines autorités, il serait bon de relire cet article de 2010, il y a donc 8 ans. Et en 2002, il y a 16 ans déjà, nous avions dû réagir aussi !
http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/pour-le-respect-du-domaine-public-maritime

acsp - 17:40 - rubrique Saint-Pierre MER - Version imprimable - Permalien - 2 commentaires

Mardi 27 Février 2018

Ponte des coraux 2018 à La Réunion !

Une nouvelle première !


Ponte 2018. Corail animal Montastrea


En ce début d’année 2018, début janvier La Réunion a d'abord subi la tempête Ava, puis la tempête Berguitta qui, elle, a particulièrement impacté la zone sud de l’île.

Des habitants n’ont pas été épargnés.

Le milieu marin non plus, puisque l’eau a déversé des tonnes de terre par les ravines, terre qui s'est déposée en partie dans les lagons asphyxiant nombre de colonies coralliennes.  De la terre et des débris végétaux parsèment le lagon, sans oublier des déchets plastiques fragmentés.

Cet épisode rappelle, encore une fois, que la survie des coraux et des barrières coralliennes si utiles (entre autres) pour la protection de nos rivages, exige un travail sérieux en amont pour limiter l’érosion, et maintenir une qualité des eaux essentielle aussi bien aux humains qu’aux petits animaux que sont les coraux.


Les projets de bouturage à la mode, qui ne sont que des tape-à-l’œil pour se donner une couverture « écolo » et récupérer des subventions, sont de fait des puits sans fond et du gaspillage d’argent public, et n’ont aucune raison d’exister dans notre île.


Tous les efforts doivent être menés pour préserver la qualité des eaux, et les coraux se reproduisent NATURELLEMENT et se développent parfaitement lorsque ces conditions sont remplies.
 


Dans une zone où la qualité des eaux n’a pas été trop affectée par ces épisodes climatiques, le spécialiste Réunionnais des pontes de coraux
avec plus d’une vingtaine d’observations nocturnes de pontes, Gaëtan Hoarau, a pu à nouveau en 2018, observer des pontes extraordinaires de coraux massifs, et en particulier la ponte jamais filmée encore d’un corail de la famille des Faviidae, nommé Montastrea. Et cela ne peut qu'inciter à respecter ces merveilleux petits animaux !

Les œufs de cet animal corallien sont magnifiques, d’une belle teinte jaune-orangé, et leur aspect rappelle parfois celui d'un ballon de football (Voir 1ère image) même si la découpe est différente en surface ! Les gamètes sont assemblées comme des pièces imbriquées, et l’ensemble est si beau !


Ponte 2018. Corail animal Montastrea
VIDEO 


Gaëtan a aussi pu observer une ponte massive et époustouflante de Leptoria phrygia, une vraie star des pontes. Un moment toujours rempli d’émotion, de la « neige à l’envers » mais rose … et qui finit par tapisser la surface de l’eau.
Des œufs qui dansent, entraînés par la marée, une merveille de la Nature !


Ponte massive 2018 du corail animal Leptoria phrygia
VIDEO (Colours of Reunion)



Ponte massive des coraux Leptoria phrygia 2018
from Colours of Reunion on Vimeo.

acsp - 22:10 - rubrique Nature Faune Flore Infos - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 21 Février 2018

APPEL face à l’imposture du projet Bioparc !

Recours juridique à la Cour administrative de Bordeaux.


Papangue femelle LIBRE !
En comportement NATUREL, en zone LIBRE de forêt d'Etang-Salé !

L’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION et l’association ACPEGES ont lancé fin janvier 2018, une procédure en appel à la Cour administrative de Bordeaux à la suite du jugement du Tribunal administratif de La Réunion en date du 14 décembre 2018, lequel jugement a validé l’arrêté préfectoral n° 2014-3137/SG/DRCTCV du 8 avril 2014 par lequel le préfet du département de la Réunion a autorisé la société Bioparc à exploiter un établissement de au public d'animaux vivants d'espèces domestiques et non domestiques sur la commune de l'Étang-Salé.

 

Attachées à la préservation de la biodiversité Réunionnaise, opposées à la privatisation de l’espace public (comme cette nouvelle parcelle de forêt d’Etang-Salé), et à l’importation massive d’espèces animales en prison dans notre petite île, nous entamons une 4ème année de procédure juridique, cette fois à Bordeaux …… loin des facteurs d’influence locaux.

 

Rarement une enquête publique, comme celle relative à Bioparc, n’a été aussi mensongère comme on l’a déjà expliqué dans nos articles précédents. En présentant au public un dossier prétendant avoir comme partenaire la SEOR (association spécialisée Oiseaux), et un comité scientifique avec le professeur Mathieu LE CORRE de l’Université de la Réunion, le porteur de ce projet a délibérément manipulé l’opinion en se masquant sous une FAUSSE couverture scientifique.

Ce genre de manipulation ne peut être acceptée dans le cadre de la République française, et laisser-faire constituerait un précédent nocif pour toutes les futures enquêtes publiques.

 

Nous avons pu observer aussi le caractère manifestement partial du rapporteur public local du TA qui visiblement, méconnaît la forêt d’Etang-Salé et la faune qui s’y trouve, et balaye nos indications quant à l’inventaire faunistique, alors même que l’ACPEGES est « la » spécialiste de la zone, ses yeux s’y posant chaque jour !

 

Un élément supplémentaire, de fait un véritable scandale, est le fameux avis du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN)

http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/conseil-scientifique-regional-du-patrimoine-r163.html

qui, dans son avis N°2017-07 a accordé à M. Bernard Gougache (AREF ou association Réunionnaise d’effarouchement et de fauconnerie) l'autorisation de détention et de au public de papangue (Circus maillardi), avis daté du 18 juillet 2017 !

Comme si bien dit sur le site de la DEAL Reunion, « Le CSRPN a ainsi permis à la DIREN et plus récemment à la DEAL de donner une validation scientifique à des études ou des projets stratégiques que l’Etat, la Région ou d’autres partenaires ont financés (inventaire naturaliste, évaluation patrimoniale, planification de la protection et de la conservation…) ».

Ainsi, le CSRPN sert de caution « scientifique » permettant à la DEAL (organisme d’Etat) de valider des décisions …

 

Cet avis N°2017-07 (fichier pdf à télécharger  : http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2017_07_avis_csrpn_papangue_signe.pdf ) accordé à M. Bernard Gougache (AREF) (et porteur du projet Bioparc) est un scandale :

 

 

- de quel droit des membres de ce conseil peuvent prétendre octroyer l’autorisation à une association d’effarouchement de disposer de papangues soignés par l’association SEOR, le papangue, oiseau endémique de La Réunion pourtant protégé par arrêté ministériel ?

 

- Cet avis précise : 14 votants dont 5 procurations. 2 absents excusés et non représentés.

11 avis favorables (dont 4 procurations); 1 réponse défavorable ; 2 abstentions (dont 1 procuration).


N.B : Cet avis a été délivré sans aucune consultation de l’Association SEOR, qui pourtant est la seule association spécialisée oiseaux de La Réunion
, qui a pour vocation le sauvetage des papangues et leur réintégration en milieu naturel !

Cet avis est disponible sur le site de la DEAL, mais sans aucun état valide des présents, des procurations et des absents ! Nous avons donc contacté le président du CSRPN le 16/01/2018, et nous lui avons demandé communication du document complet signé par les personnes présentes et votantes, attestant de leur présence et justifiant la légalité de cet avis.

Dans un mail du 21/01/2018, le président du CSRPN indique qu’il va procéder à une « consultation en premier lieu à l'ensemble des membres du CSRPN à des fins d'une réponse concertée. »


Plus d'un mois après, c’est le silence, une opacité totale qui ne peut que laisser planer le soupçon sur la validité d’un tel avis. L’article 12 du règlement intérieur spécifie pourtant que le compte-rendu doit indiquer le nom des membres présents …

Dans ce conseil scientifique, il y cependant au moins UN membre digne qui a osé s’opposer à cet avis scandaleux. Qu’il en soit félicité.

 
Papangue LIBRE en forêt LIBRE d'Etang-Salé.
(Ayant capturé son lièvre NATURELLEMENT !)



- Allons plus loin : cet avis porte sur la mise à disposition de rapace endémique et pourtant protégé par arrêté ministériel à un « effaroucheur-fauconnier ». Qui sont donc les membres du CSRPN censés protéger notre Nature et qui ont pondu un tel avis ?

Sa composition à la date de cet avis, est la suivante : Fichier pdf à télécharger :
http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/arrete_no13-684_du_16_mai_13_CSRPNR_cle26b8a3.pdf)

Il y de quoi être estomaqué, mais nous vous en laissons la surprise. On y retrouve des noms connus, les mêmes noms présents dans diverses associations ou organismes « officiellement » prétendus de protection environnementale, même un membre du parc national Réunion, un président de bureau d’études .., plusieurs personnes du domaine marin (question connaissance papangue il y a de quoi s’interroger ..), il y a même une personne à la fois présidente d’un autre conseil scientifique .., et aussi membre associé de la MRAe, etc. (Mission régionale d’autorité environnementale, qui a été créée pour que la compétence consultative en matière environnementale soit « en principe » autonome par rapport au préfet …)

 

L’analyse objective que tout-un-chacun peut faire à la lumière des documents dont nous vous donnons les liens est sans appel. Voilà donc un petit groupe de personnes à plusieurs casquettes imbriquées, se retrouvant dans plusieurs organismes parfois à des postes-clé, et dont on peut se poser raisonnablement la question de la totale indépendance vis-à-vis de la DEAL qui a le pouvoir de contribuer au financement de certaines actions menées par ces mêmes associations et organismes !

 

Nous, nous pensons que la biodiversité de La Réunion est le patrimoine de TOUTE la population et « en même temps » comme dirait le président de la République, ne peut être soumise aux décisions d’un petit clan pratiquant l’opacité. Cela ne peut plus durer.

 

Nous avons alerté l’UNESCO et l’UICN sur ces dérives locales.

L’UNESCO nous a immédiatement remercié.

acsp - 16:12 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 2 commentaires

Vendredi 10 Novembre 2017

L'IMPOSTURE du projet de prison d'animaux en forêt d'Etang-Salé à la Réunion

Recours juridique au TA depuis 3 ans porté par ACSP et ACPEGES.


Liberté = respect. On ne peut enfermer ceux que l'on aime.

 
Comme si la tromperie lors de l'enquête publique en décembre 2013 ne suffisait pas, en se présentant au public comme associé avec l'Université de la Réunion et avec l'association SEOR (pour se donner une  caution scientifique),
 

Document présenté officiellement au public. Enquête publique en décembre 2013.


c'est cette fois devant le Tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion ce jeudi 2 novembre 2017 que les défenseurs de ce projet de prison d'animaux à but lucratif pudiquement dénommé "Bio" ... parc, ont tenté à nouveau de manipuler cette fois les magistrats (!!!) en avançant que l'association SEOR allait "donner des papangues" à Bioparc !!!

Le communiqué de la SEOR envoyé au Tribunal administratif et à la presse il y a quelques jours déjà pour dénoncer les mensonges éhontés, est révélateur de l'imposture permanente du porteur de ce projet proposant une vision rétrograde de l'animal exploité pour faire du fric, et qui privatiserait une partie de la forêt d'Etang-Salé, Bien patrimonial de tous les Réunionnais.
 

Communiqué de la SEOR. 7 novembre 2017.


Plus d'informations : Rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux.

acsp - 16:58 - rubrique Etang-Salé Forêt-Oiseaux - Version imprimable - Permalien - 3 commentaires

Plus d'articles :

Calendrier

Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974[at]gmail.com

Liens utiles

Archives par mois