S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de la Reunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de la Réunion, qui s'expriment

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS on http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

Où en est le projet de prison d’animaux BIOPARC !

La honte du business animalier à La Réunion


Forêt publique privatisée !
2018 Etang-Salé (Ile de La Réunion)


Par son jugement du 17 septembre 2018, le tribunal administratif a validé le permis de construire délivré finalement par la commune de l’Etang-Salé le 12 mai 2017. Ce jugement fait le jeu du lobby animalier et de ses complices mais ce n’est pas fini, loin de là.

 

En effet, l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION et l’association ACPEGES poursuivent la lutte contre ce projet archaïque d’exploitation animalière à but lucratif, grâce à la procédure en cour d’Appel administrative de Bordeaux qui a été engagée le 29 janvier 2018 contre le projet d’aménagement.

 

Nous n’allons pas reprendre tous les arguments déjà cités dans nos précédents articles,  aussi pour les journalistes des médias locaux, du moins pour celles et ceux qui ne font pas leurs selfies avec les faucons importés et prisonniers du porteur de projet, il y a des pistes de travail à investiguer.


Franchement, est-ce là la place de cet animal sauvage ?
Une vie d'esclave pour divertir le peuple ?
Et ce, dans la ville du maire de Bras-Panon, le président du Parc national de la Réunion !!!


1/ Comment le Conseil Départemental de la Réunion peut-il céder 8,5 ha de forêt publique à un privé pour un zoo
, structure artificielle de plus en plus décriée ?  

Près de 700 animaux dont 600 d’espèces exotiques !

Et l’introduction de la fauconnerie, une tradition réunionnaise ?

Nous avons demandé fin juillet 2018 au président du Conseil départemental copie de la concession à la SAS Bioparc.

Près de 3 mois après, aucune réponse.

Le Conseil départemental joue l’opacité. Qu’a-t-il donc à cacher ?

 

2/ Comment dans une île où l’on parle d’écologie par buzz, accepte-t-on le sacrifice d’un écosystème de forêt sèche ?


Exceptionnel : accouplement de Furcifer pardalis ("Endormi") en zone de forêt libre.
Photo Joël Calteau (ACPEGES)
Désormais, la zone est PRIVEE !


Eh oui, la zone privatisée renferme des « endormis » pourtant protégés par arrêté ministériel, mais la DEAL locale, qui ne connaît visiblement pas cet environnement s’en fiche.
Lisez le rapport du rapporteur public (qui lui aussi méconnaît le site) et vous verrez que ses affirmations ne vont que dans un seul sens.

 

3/ L’ONF (à la botte du Conseil départemental) a exécuté des travaux à la demande de Bioparc.

A combien s’élève le coût de ces prestations ?

Qui les paie ? Le contribuable ?

 

4/ Sous une autre étiquette (AREF), le même personnage porteur du projet Bioparc, a osé demander à disposer d’un couple de papangues. A présenter dans des écoles … Il faut se faire sa clientèle, n’est-ce pas ?

Le « conseil scientifique régional pour la protection de la Nature", lui (excepté 1 membre qui s'y est opposé), a osé donner un avis favorable à la détention de papangues à ce fauconnier, ce qui correspond pourtant à déroger à un arrêté ministériel, rien que ça !

La DEAL Réunion a donc lancé une consultation publique sur internet sur ce sujet de dérogation concernant notre rapace emblématique, du 6 au 21 avril 2018, soit sur 15 jours.

Là encore c’est l’opacité, le « missouk » !

- Il est impossible d’obtenir la liste des membres du CSRPN réellement présents pour donner l’avis favorable pour la dérogation ! Le président du CSRPN n’a pas tenu sa promesse de consulter l’ensemble du CSRPN pour nous répondre, et à la place, est allé « pleurnicher » à la DEAL, puisque le directeur de la DEAL a trouvé le temps pour nous expédier un courrier commençant par « On me rapporte un questionnement .. » mais sans apporter de réponse à notre demande de feuille de présence réelle.

Bizarre, n’est-ce pas ?

- 6 mois (oui, vous avez bien lu,  6 mois !) après la consultation publique organisée uniquement sur internet par la DEAL, il n’y a aucun résultat publié suite à cette consultation publique. Bizarre, n’est-ce pas ?

http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/consultations-en-cours-r302.html

En résumé, que cache la direction de la DEAL ?

 

Face à l’omerta locale, nous avons alerté le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui lui, à la différence du CSRPN et de la DEAL locale, nous répond immédiatement.

Le Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO a ainsi demandé à la Délégation permanente de la France auprès de I'UNESCO de bien vouloir leur faire parvenir ses commentaires à ce sujet et en assurer le suivi approprié.

 

5/ Letchis sur le gâteau, le comportement du maire de l’Etang-Salé !

Alors là, cela mériterait une étude …

La délibération du conseil municipal de l’Etang-Salé le 9 décembre 2013 était claire : sur les 25 votants, rappelons que 18 élus avaient émis un vote "contre" le projet Bioparc. "Je ne suis pas du genre à manger mon chapeau !", réplique Jean-Claude Lacouture.
http://www.zinfos974.com/Lacouture-ne-veut-pas-du-zoo-Bioparc-sur-sa-commune_a75806.html

 

Ce maire nous avait ensuite, lors d’une entrevue en mairie, expliqué qu’il recevait des « recommandations » lui incitant à aller en faveur de ce projet, mais qu’il n’était pas du genre à se laisser dominer sur son territoire.

La commune refusa en toute logique de donner le permis de construire à Bioparc.

 

Le tribunal administratif saisi par Bioparc, donne raison à .. Bioparc face au refus de la mairie, sous peine d’astreinte.

Au lieu de  se défendre contre Bioparc, avec pourtant ses moyens financiers, la mairie cède et accorde le permis, le 12/05/2017.

 

Nous attaquons logiquement ce permis, tout en avertissant la mairie, puisque la mairie affirme être toujours opposée à Bioparc.

 

Et voilà qu’au cours de la procédure, nous découvrons que, face à nos associations exclusivement bénévoles, se retrouvent les avocats M. Rémi Boniface pour Bioparc, et M. Jean-Jacques Morel pour la mairie d’Etang-Salé, qui demandent tous les deux notre condamnation à 4 000 euros d’amende !  

 

Honte à vous M. Lacouture !

Votre comportement indigne est à l’image du dégoût que suscite la politique politicienne dans la population.

Finalement, vous êtes à plaindre car vous vous êtes ridiculisé en reniant votre parole, vous finissez bien mal car vous avez baissé la tête, lamentablement.

Vous trahissez même ce qui s’affiche au rond-point devant votre mairie : « Papangue, héritage de liberté, paysage métissé, plane sur mes dunes. (Kako Dambreville). »



6/ Il est bon de rappeler que :

- c’est l’action juridique de l’ACPEGES (plus de 3 ans de procédure) grâce à une délibération de la Cour d’Appel administrative de Bordeaux du 02 septembre 2008, il y a déjà 10 ans, qui a sauvé de la privatisation une zone énorme prévue pour extension du golf

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/affaire-du-projet-d-extension-du-golf-de-l-etang-sale

 

- c’est l’action juridique de l’Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION (plus de 4 ans de procédure) qui a empêché un projet de dénaturation du site de Grand-Anse avec privatisation larvée (restaurant de plage Kokoa du Palm vanté avant même le projet … avec transats parasols sur plage …. Ça vous rappelle quelque chose ?)

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/news/victoire-pour-grand-anse

 

Il est donc important que toutes les personnes et associations (auteurs de manifestations importantes) qui jouissent actuellement de ces espaces naturels, se rendent compte qu'elles bénéficient du travail que nous avons mené pour l’intérêt général, et qu’elles apportent leur soutien et/ou leur engagement pour faire en sorte que les espaces naturels publics restent PUBLICS.

Alors que la population augmente, la réaction populaire est nécessaire envers les politiciens locaux et les représentants de l’Etat pour s’opposer à la privatisation de nos espaces naturels, un BIEN COMMUN qui doit rester d’accès libre et gratuit.

 

Ce projet mal-né, mal nommé « bio » PARC, reposant sur de la manipulation dès le début (enquête publique), et des collusions d’intérêts pitoyables avec le business animalier, n’aura pas d’avenir à La Réunion.

 

NB : Que l’on ne s’y trompe pas, les employé(e)s du Conseil départemental, de l’ONF,  de la DEAL, de la mairie d’Etang-Salé, ne sont pas responsables, ils subissent les ordres contestables de leur direction.

NB : Voici ce qu’est devenu l’ancien zoo pitoyable de  Saint-Denis : un potager partagé  pour les dionysiens, une zone devenue d'intérêt général :

https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2018/10/25/VIDEO-Les-jardins-familiaux-du-Chaudron-un-potager-partage-pour-les

Et dire que le conseil départemental de la Réunion, cautionne par sa concession d’une partie de « nout forêt »  une prison d’animaux, illustrant sa vision arriérée de l’animal prisonnier pour le business !

acsp le 28.10.18 à 15:51 dans Nature Faune Flore Infos - Version imprimable
- Commenter -

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974[at]gmail.com