S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de la Reunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de la Réunion, qui s'expriment

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS on http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

Petites merveilles sous-marines de Saint-Pierre !

Poursuivons la découverte des lagons Saint-Pierrois Ile de La Réunion. Une qualité des photos au service de l'information pour tous.

L'Association Citoyenne a entre autres objectifs de mieux faire connaître notre patrimoine qui est un Bien commun, qui ne peut et ne doit jamais être privatisé, et il n'y a rien de mieux que d'offrir aux yeux de toutes et tous, de superbes images d'une photographe simple et talentueuse.

Le lagon de la ville de Saint-Pierre fait partie des plus grands lagons de l'Ile de la Réunion avec ceux de l’Ermitage, Saint-Leu et de l’Etang-Salé.

Saint-Pierre possède un récif frangeant, et le lagon représente la zone délimitée par la barrière de corail et le rivage, constituant de fait une dépression d’arrière-récif.

La barrière de corail va de Ravine-Blanche, jusqu’aux jardins de la plage, en passant par la plage de la gendarmerie, et se poursuit vers le sud. Sont alors localisées des plateformes récifales (récif frangeant embryonnaire, attenant au rivage de l’île) sur Terre Sainte puis Grand-Bois.

Chaque zone présente ses spécificités et ce littoral une richesse inestimable pour la ville de Saint-Pierre, car rares sont à la Réunion les villes disposant de lagons où la baignade est possible, et où la biodiversité s’exprime autant.


Les recherches scientifiques récentes indiquent pour la Réunion :

190 espèces de coraux :

2800 espèces de mollusques :

500 espèces de crustacées :

Mais aussi :

Plus de 130 espèces d’échinodermes   

Plus de 1000 espèces des poissons dont quelques espèces endémiques de la Réunion.

Pour plus d’informations voir le site Biodiversité marine des lagons de La Réunion (Wikipédia)


Magnifique, n'est-ce pas ?


La biodiversité du lagon de Saint-Pierre  permet d’observer toutes sortes d’espèces dont de nombreux nudibranches (limaces de mer), des crevettes, des murènes, des poissons, des porcelaines et de magnifiques coraux.

Ces dernières années, le lagon de Saint-Pierre a d’ailleurs fait l’actualité avec de remarquables pontes de coraux, médiatisées par l’Association Citoyenne vers le grand public.

Nous ne pouvons que recommander la prudence avec nos palmes pendant nos promenades surtout au moment des grandes marées basses où il faut éviter de se retrouver coincé(e) au milieu des coraux dont le squelette est fragile et qu’il faut éviter de heurter.

Evitons aussi de toucher, en particulier certains habitants du lagon, qui sont venimeux et dangereux comme les cônes ou les poissons-scorpions et autres poissons-pierre.


Cône venimeux

Poisson scorpion venimeux

Nous continuons nos infos-nature à la découverte des habitants du lagon global de Saint-Pierre.

Voici donc des mollusques gastéropodes opisthobranches.
Ceux présentés ici sont vraiment particuliers en ce sens qu'ils présentent une coquille ce qui n'est pas le cas général des
opisthobranches.


.
 


.

Pourvus d’un manteau et d'une fine coquille plus ou moins visible, et d'une tête en forme de bouclier. Celle-ci leur sert à s'enfouir dans le sable : la plupart des espèces vivent en effet juste sous les premiers centimètres de sédiments.

Il peut mesurer quelques millimètres ou plusieurs centimètres !
Cet  animal est nocturne.


Il vit sur les fonds sableux à faible profondeur dans des zones récifales mixtes
(sable, rochers).


Il se nourrit  à l’aide de sa  trompe  qui fouine le sable à la recherche de vers polychètes : ce sont des vers annélides segmentés comme il en existe environ des milliers d'espèces, de différentes tailles.
 

Pour se protéger, il possède sur son manteau, des glandes secrétant des substances répulsives. Il peut également senfouir dans le sable.

La partie antérieure de l’écusson céphalique présente deux expansions bien visibles, dont le rôle n'est pas connu à ce jour. 

On aperçoit bien deux petits points  noirs au centre de l’écusson céphalique, ce sont ses yeux qui ne servent qu’à distinguer le jour de la nuit.


Quels sont les différents mollusques gastéropodes opisthobranches à coquille que l'on peut rencontrer ?

Amplustrum amplustre




Avec ses oeufs.

Possède une coquille dont les bandes, en spirales, sont roses et blanches, séparées par de fines bandes noires. Son corps est translucide.
VIDEO sur www.flickr.com/photos/outofreunionisland/

Bullinea lineata




Son  corps est  translucide et  sa coquille a de fines lignes rouges.


Hydatina physis






Elle possède une coquille avec de fines lignes, en spirales, de couleur foncée. Son corps possède des colorations différentes, teinte foncée ou pâle (marron / rose), et une bande marginale opaque vert / bleu.

Cette espèce est très variable dans son dégradé de couleurs. Il peut varier d'une forme très sombre à un blanc rosé pâle.
VIDEO sur www.flickr.com/photos/outofreunionisland/


Micromelo undatus




Avec sa ponte.




A une coquille blanche et quelques lignes marron. Son corps a une couleur vive, vert / bleuâtre, parsemée de taches blanches et une bordure jaune plus ou moins présente selon l’individu.

VIDEO sur www.flickr.com/photos/outofreunionisland/


Un autre Mollusque Gastéropode avec une coquille large externe dorsale :


Umbraculum Umbraculum





Son corps est orange, de forme circulaire, recouvert de pustules blanches et arrondies de grande taille.

La partie centrale des pustules est généralement orange clair.

La position de la tête ne peut être repérée que grâce à la présence des deux tentacules rhinophoraux qui dépassent de la coquille.

Les deux taches noires à la base des rhinophores sont ses yeux.  

Pour en voir davantage, d'autres belles photos de Nathalie Rodrigues (auteure de cet article pour l'Association Citoyenne 05/01/16), sur :
www.flickr.com/photos/132180713@N04/
www.facebook.com/Critters-Reunion-Island-Oceans-by-Nathalie-Rodrigues-1440661299572919/

Des videos de Gaëtan Hoarau sur :
www.flickr.com/photos/outofreunionisland/

Pour en apprendre davantage :
Le site des nudibranches du sud-ouest de l'Océan Indien de Philibert Bidgrain :
http://seaslugs.free.fr/nudibranche/f_intro.htm

acsp le 05.01.16 à 17:29 dans Nature Faune Flore Infos - Version imprimable
- Commenter -

Commentaires

Merci Nathalie !

 Tes photos sont magnifiques, comme d'habitude :-)

Je souhaite, entre autres pour 2016, que tout le monde soit sensibilisé à ces merveilles miniatures et que les gens cessent de marcher dans le lagon, alors qu'en nageant il est possible d'admirer nombre de merveilles sans risquer de les écraser !

Rachel - 08.01.16 à 15:52 - # - Répondre -

Comment ne pas aimer ce monde sous marin ! Bravo à la photographe, ces clichés sont magnifiques !

Nathalie - 27.02.16 à 19:04 - # - Répondre -

Un mot...

...un seul ; Magnifique

Murex64 - 15.06.17 à 12:17 - # - Répondre -

Commenter l'article

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974@orange.fr