S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de la Reunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de la Réunion, qui s'expriment

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS on http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

Pauvre plage à Saint-Pierre !

Une gestion défaillante à revoir

 
Un signe incontestable d'érosion prononcée sans oublier la dangerosité. 23/08/2012
(Toutes photos : Gaëtan Hoarau)


Plage principale de Saint-Pierre, 10/07/2009, il y a 3 ans.
Présence des patates à Durand (Ipomoea pes-capra).



Et aujourd'hui ...

Il y a une vraie relation de cause à effet : "destruction des patates à Durand - sable mis à nu - plus grande mobilité des particules qui ne sont plus retenues par le couvert végétal - déplacement à chaque coup de vent dans le sens de ce dernier c'est à dire de la mer vers la terre - dépôt sur l'arrière-plage".

Une étude de suivi (l'année après l'installation des jardins) avait insisté pour que cette végétation de haute-plage soit maintenue ; à la rigueur contrôlée mais ne devant jamais être enlevée ....




Voilà où se retrouve le sable précieux de la plage ...
 
La comparaison des photos prises en 2009 et en 2012 de la plage de Saint-Pierre et des jardins de la plage montre que le sable envahit aujourd'hui jardins et parkings. Le déchaussement de l'escalier et des vacoas nous montre que ce sable provient de la plage qui maigrit de façon alarmante. La comparaison des photos de l'ouest de la plage en 2009 et en 2012 nous montre la régression concomitante des patates à Durand.

Certains peuvent penser que la présence de ces plantes est inutile et traduit un manque d'entretien. C'est une idée fausse qui ne doit pas être partagée par les équipes qui entretiennent la plage.
En réalité, ces lianes rampantes "patates à Durand" piègent le sable et le retiennent sur la plage. Favoriser leur installation et leur développement contribuera à régler le problème de l'amaigrissement de la plage et de l'envahissement des jardins de la plage et des riverains, des parkings. Le service écologique rendu vaut bien quelques mètre carrés de sable de moins pour les amateurs de bronzage. Il faut se souvenir de l'épisode de forte houle en 2010, les jardins de la plage n'avaient alors pas souffert du tout : le profil de la plage était bien plus favorable, grâce aux patates à Durand il y avait une continuité entre la plage et les jardins. Les patates à Durand, loin d'être une nuisance, protègent les plages de l'érosion éolienne et de l'érosion marine.

Bien evidemment, il faut protéger aussi le récif, ce qui revient à protéger notre littoral contre l'érosion marine qui menace habitations et équipements (menace qui s'intensifie déjà avec le réchauffement climatique). Il alimente en même temps en sable blanc les plages si appréciées des familes et des touristes. Les services écologiques rendus par la barrière de corail sont aujourd'hui universellement reconnus. Il nous faut voir aussi avec les gestionnaires la gestion du corail ramené par la houle sur la plage.

La situation actuelle montre un manque de suivi et d'entretien réfléchi du site.
Dans une optique de dialogue constructif, (nous ne voulons pas entrer dans les conflits de gestionnaires CIVIS-Commune) nous avons demandé au Directeur de la CIVIS une réunion sur site pour que personne ne se renvoie la balle et qu'une gestion raisonnée, éclogique et durable du site se mette en place.
Cette situation est symptomatique des aménagements à la Réunion. Nos élu(e)s ne rêvent de de gros projets à plusieurs millions d'euros d'argent public, mais aucun budget prévisionnel pour entretien et suivi (pourtant avec création d'emplois utiles) ne sont prévus. Nous demandons à la population d'être vigilante pour que cesse ce mode de gestion irréfléchie de l'argent des contribuables.

Pour tous les aménagements, l'Association Citoyenne de Saint-Pierre demande entretien et suivi prévisionnels. Sur les "jardins de la Plage" à Saint-Pierre, seule association environnementale à réagir, nous avions fait cette demande par courrier remis au Commissaire-enquêteur le 19 juin 2003 (il y a plus de  9 ans) lors de l'enquête publique. Nous le demandons aussi pour le futur aménagement de Grand-Anse et pour les autres projets qui vont apparaître ...

A ce problème d'érosion, s'ajoute celui de l'insalubrité.
Depuis des années, nous demandons la réouverture du bloc sanitaire (qui existe et qui a été payé par les contribuables !) sous le mirador de la brigade de surveillance, entrée nord très fréquentée des jardins de la plage, et à proximité des jeux d'eau et de rondavelles. Nous demandons qu'elles soient gardiennées comme du côté MNS. Est-ce le lagon ou les douches qui servent de toilettes ? Ce n'est pas sérieux pour une station dite balnéaire. Faut-il une pétition et un ramdam médiatique pour que le bon sens triomphe ?

En résumé,
- la gestion des plages peut se faire de façon raisonnée, respectueuse de l'environnement; à coût faible, avec suivi régulier
- la salubrité est nécessaire vu la fréquentation, et avec création d'emploi bien utile

C'est parfaitement possible, mais il faut d'abord s'y intéresser, et vouloir améliorer la situation. L'Association Citoyenne demande ce changement, et elle souhaite un travail constructif en ce sens, pour l'intéret général, tout en refusant la privatisation de la plage par le restaurant-hôtel qui a déjà un emplacement "en or". Stop aux abus.

acsp le 02.09.12 à 10:55 dans Saint-Pierre MER - Version imprimable
- Commenter -

Commentaires

on s'aperçoit de plus en plus le m'enfoutisme chronique des élu(e)s quant il s'agit de preserver le cadre de vie de la population, qui payent surtout de plus en plus d'impôts,! l'etat de ce lieu est assez dramatique pour un site aussi frequenter, vive st pierre avec certains administrés aveugles, qui viennent surtout pour consommer??.

CITOYENS VIGILANTS!!!. - 02.09.12 à 12:56 - # - Répondre -

Nouveauté !

"pour que personne ne se renvoie la balle et qu'une gestion raisonnée,"

Oui j'aime ça !


Je ne connaissais pas cette "patate de Durant".... (amusant le nom ) mais puisque son rôle est aussi important que nos dunes pour le bon maintient des sites de bord de mer, elle devrait être classée en "espèce végétale à protéger"
Grosses différences entre ce qui devrait être et ce qui est, c'est bien connu.

Cela me fait penser aux jardins des rosbeef ! (que je ne porte pas du tout dans mon cœur) pelouse bien tondue sans un brin d'herbe qui dépasse, pas une mauvaise herbe donc pas de biodiversité. Je pense sans me tromper de beaucoup que ces papates devaient aussi abriter d'autres espèces de chez vous ?
Le problème d'érosion du à la destruction des mangroves et autres végétations en bord d'eau est universel, où sont les cerveaux dans l'histoire ???

Je suis allée voir à quoi ressemblait cette plante, elle fait de très jolie fleur en plus !

Bonne journée
Bien à vous - Nathalie

Ps : je passe bientôt par chez vous... mais ne sortirai pas de l'aéroport.




Nathalie - 04.09.12 à 14:59 - # - Répondre -

Triste rapport

Bonjour,


Patates de Durant qui disparaissent d'années en années. La Plage de Moya en était recouverte, il n'y a presque plus rien... plage aujourd'hui rachetée par le Conservatoire du Littoral, mais cette disparition est due, je pense, plus aux tortues qui viennent pondre qu'à l'homme. Elles déterrent en effet tout en creusant leur nid. Un bonne gestion tout de même à première vue des trois plages de Moya. (les émergences sont nombreuses.)

Cette plante reste tout de même bien présente sur l'île.

Peu de gecko poussière d'or pour le moment mais côté ornitho un régal !

À bientôt !
Nathalie

En direct de Mayotte - 22.09.12 à 18:21 - # - Répondre -

Lien croisé

Le sable disparait de la plage de Saint-Pierre ! | St Pierre Reunion : "Ce n’est pas qu’une impression ! C’est l’Association Citoyenne de Saint-Pierre nous en explique les raisons sur son blog."

Anonyme - 09.10.12 à 14:02 - # - Répondre -

Commenter l'article

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974@orange.fr