S'identifier - Contact

Association Citoyenne de Saint-Pierre, Ile de la Reunion
Des habitants de St-Pierre et de l'île de la Réunion, qui s'expriment

OUI à la Réunion, patrimoine mondial UNESCO. MERCI à toutes et tous qui par leur courageuse et historique mobilisation ont permis la REINTEGRATION de la Plaine des Sables dans le BIEN à classer et veillent à sa préservation. VIGILANCE ! THANK YOU. Merci de nous aider par votre adhésion. VIDEOS on http://www.dailymotion.com/ACSP

Utilisation facile du blog, colonne de droite : 1/ INDEX des rubriques avec articles ordonnés par thème 2/ Par mot : pour rechercher un article contenant un mot : dans Recherche, colonne de droite, sélectionner Toutes rubriques, et dans la case vide au-dessous, taper le mot souhaité, puis clic sur Chercher

EAU infos

Juin 2009

Saint-Pierre, station balnéaire, faisait encore l'actualité ce vendredi 19 juin, ses plages étant à nouveau interdites à la baignade, excepté celle du centre-ville. Aucune explication n'est donnée par la CIVIS, signe que la transparence est toujours inexistante dans cette collectivité.

Nous vous informons que la Commission des Services Publics Locaux pour l'Eau s'est réunie jeudi 18 juin en mairie de Saint-Pierre. L'Association Citoyenne de Saint-Pierre en a été exclue en 2008, suite à notre demande officielle à toutes les autorités (Etat, Mairie) de fournir à la population une eau conforme. En effet, nous avions découvert que l'eau issue des forages La Salette et alimentant environ le 1/3 des habitants, est contaminée par la déséthylatrazine provenant d'un herbicide, et ce, au-delà de la limite de conformité.
Dans une attitude constructive, nous avions même contribué à la rédaction du courrier d’information adressé par Veolia aux abonnés concernés.

Visiblement trop susceptible, et étonnamment vexé par notre demande d’eau potable conforme à la réglementation, le maire de Saint-Pierre, nous a exclu de cette commission en 2008 (pour nous remercier ?… humour) pour nous remplacer par l’Orgeco, association de consommateurs, dont l’ex-représentant médiatique est désormais embauché par la CIVIS … Il faut savoir qu’aucun représentant de cette association n’a été présent hier à la commission, alors que, lorsqu‘elle en était membre, l’association citoyenne de Saint-Pierre avait eu une présence systématique et était d’ailleurs reconnue pour son étude des dossiers. Bon, nous ne sommes pas des « béni-oui-oui », et ne sommes pas subventionnés …

Comme nous l’avions demandé déjà en 2007, le traitement au charbon actif devrait être réalisé. En effet, le procédé de dilution des eaux contaminées des forages « La Salette » réalisé en 2008 par la commune, n’est pas satisfaisant, en particulier lors des épisodes de turbidité de l’eau du Bras de la Plaine. Et la teneur en déséthylatrazine dans l’eau des forages est supérieure à la limite de conformité de 0,10 microgramme par litre et ne va pas malheureusement disparaître ..
Enfin une nouvelle positive : les études ont été lancées par la commune (bureau d’études SAFEGE) et un 1er rapport lui sera transmis fin juin/début juillet. Il est prévu une station de traitement au charbon actif des eaux polluées des forages « la Salette » et un réservoir pour augmenter la capacité de stockage. Projet de l’ordre de 7 millions d’euros .. nous allons tous devoir payer .. cela montre, si besoin en était, que tenter de guérir coûte beaucoup plus que prévenir !

La santé de la population est une priorité, et à notre avis, doit passer avant les fêtes ! Saint-Pierre doit « se bouger » pour fournir aux citoyens une eau conforme, et nous serons vigilants sur la réalisation effective du traitement de ces eaux polluées par la déséthylatrazine, issue d’herbicide.

Nous avons aussi appris le démarrage du traitement des boues à la station d’épuration. Aussi une bonne nouvelle.

Article de 2007 :
citoyennedestpierre.viabloga.com/news/l-eau-une-probleme-de-sante-publique-a-saint-pierre

acsp le 29.06.09 à 12:53 dans Saint-Pierre EAU - Version imprimable
- Commenter -

Commentaires

La commune qui fait le plus d'effort pour une eau de qualité!

La DRASS a mesuré le week-end dernier une pollution sur certaines plages de Saint-Pierre et la CIVIS a aussitôt fait apparaître un communiqué dans tous les médias pour prévenir et inviter à ne pas se baigner. Il était difficile de donner des explications car ni la CIVIS, ni la DRASS ne connaissaient l'origine de cette pollution. 
Les explications ne sont arrivées que lundi matin. Ces pollutions sont dues aux écoulements dans les ravines consécutivemment aux pluies, notamment de la ravine de l'Anse (Grand Bois), ravine Trou de Chat (Terre Sainte), ravine la Chaîne (Ravine Blanche) et non à un déversement  incontrôlé des eaux usées dans le lagon. Le lagon de Saint-Pierre, face aux jardins de la plage ou devant le petit boulevard n'ont pas subi de pollution. Si nous pouvons connaître de temps en temps des problèmes techniques, nous les réparons aussitôt comme nous le faisons actuellement pour le petit boulevard ou sur le site de la Saline Balance. 
Les efforts des saint-pierrois pour éviter de polluer leur lagon ont été importants depuis une dizaine d'années:

  • Mise en service de la STEP 2001 (construite sous la municipalité d'Elie Hoarau)
  • Rénovation de toutes les canalisations d'eau usée et pompes sur le Bd Hubert Delisle en 2002
  • Installation d'un réseau d'eau usée (qui n'existait pas) dans la rue des Bons Enfants et dans toutes les rues adjacentes dans le centre ville 2003-2004. Avant tout se déversait alors directement dans le lagon!
  • Suppression de la STEP (STEP de l'hôpital) à Tanambo et mise au norme de toutes les canalisations dans le quartier et de Tanambo 2004-2005. Avant, cette STEP rejetait tout dans la mer face à Tanambo!
  • Signature avec les entreprises de convention de déversement qui les oblige à construire des stations de pré-traitement (STEP entreprise pour la CILAM et SPHB) et à contrôler leurs rejets 2004-2005-2006 (application de la loi payeur pollueur). Nous sommes la seule commune à l'avoir mis en place!
  • Construction d'une station de traitement des boues 2007-2008 (4 millions d'euro avec 2,8 millions de subvention) pour éviter de polluer la nappe phréatique et permettre une filière de compostage. Nous sommes la seule commune à avoir construit un outil aussi performant dans l'île!
  • Nous prenons en charge financièrement tous les travaux sur le domaine public de tous les abonnés qui souhaitent se raccorder sur le réseau public jusqu'en limite de propriété (chaque abonné prenant en charge les travaux chez lui). C'est une incitation au raccordement d'eau usée 2007-2008 qui n'existe qu'à Saint-Pierre!
En cours pour ce mandat:
  • Extension de la STEP (doublement de sa capacité nominale) et doublement des capacités de relèvement des principales pompes sur le front de mer (Terre Sainte, riv d'abord, boulevard, Balance), 12 millions d'euros. Dossier financier est bouclé et le début de travaux en 2010.
  • Construction en sortie de STEP d'un traitement tertiaire permettant à terme de récupérer l'eau pour l'irrigation et l'arrosage notamment de tout le secteur de la Pointe au Diable.
  • Raccordement des quartiers de Grand Bois et ravine des Cafres sur le réseau existant jusqu'à la STEP de Pierrefonds. Une station biodisque va être construite à Grand Bois pour assurer l'épuration jusqu'en 2012. A cette date nous supprimerons définitivement la petite STEP obsolète de Grand Bois.
Je ne souhaite pas faire de critiques trop vives sur le regard que l'association porte sur le problème des eaux potables ou des eaux usées sur la commune de Saint-Pierre car vous êtes dans la défense d'une juste cause et je ne peux que vous incitez à continuer. Mais je peux demander à l'association de comparer les choses notamment dans les communes voisines promptes à critiquer notre ville:
  • Saint-Joseph ne possède aucune station de traitement des eaux usées. Le dossier est en enquête publique en 2009 soit l'éventualité d'une construction en 2011 pour une livraison 2012 (si les financements sont assurés ce qui actuellement n'est pas le cas)! Ce qui signifie qu'au niveau du Butor toute l'eau usée de  Saint-Joseph est directement rejetée en mer! Les écologistes pourtant présents au sein de l'équipe municipale ont raté quelques belles photos!
  • Le Tampon rejette toutes ces eaux usées à Saint-Pierre sans qu'à aucun moment il ne participe financièrement autrement que comme "un gros abonné" de la commune de Saint-Pierre. Le Tampon ne souhaite toujours pas signer une convention avec notre commune pour l'entretien et la bonne gestion du réseau. Tout chez le voisin, voilà une bonne éco-attitude!
  • La Petite Ile: Nous avions proposé à la Petite Ile en 2007-2008 de faire une station d'épuration intercommunale de nouvelle génération entre les quartiers de Grand Bois et de la Petite Ile. Après deux années de discussion, la commune m'a répondu qu'elle préférerait faire sa propre station de traitement. Actuellement en 2009, rien n'a été déposé et par conséquent rien ne se fera avant 2014!
J'ai parfois peur que nous regardions pas assez ce que nous avons fait à Saint-Pierre pour préserver notre environnement notamment en ce qui concerne les eaux usées. La qualité de notre lagon, sa biodiversité actuelle, les aménagements que nous avons effectués à l'interface jardin/plage et pour les rondavelles (avant aucun camion bar n'était reliés au réseau d'eau usée) montrent quand même que nous avons fait un peu mieux que beaucoup d'autres villes de la Réunion. 
(je vous parlerai d'eau potable à une autre occasion)

En tant que maire adjoint délégué à l'eau, je vous invite à toutes les réunions de la Commission des Services Publiques Locaux pour l'Eau. Vous pouvez vous servir de ce document pour faire valoir de votre présence par invitation de l'élu david LORION. Je vous rappelle par ailleurs que dans vos membres, certains sont aussi membres de la SREPEN et qu'à ce titre ils peuvent assister à ces commissions car la SREPEN et l'ORGECO ont été choisies comme association représentative. 
Bien à tous vos membres,
Cordialement 
david LORION

LORION David - 27.06.09 à 08:18 - # - Répondre -

OUI à une eau potable et à la salubrité

Merci à David Lorion, maire-adjoint délégué à l’eau à la Mairie de Saint-Pierre, pour avoir apporté à la population ces informations.
Bien sûr nous sommes favorables et soutenons toutes les améliorations car l’eau est pour nous une priorité dans la vie de chacun.

Nous apprécions que Saint-Pierre fasse des efforts, et les remarques sur les villes citées, avec raison, montrent à quel point les mentalités doivent changer parmi certains dirigeants. Il est cependant étonnant qu’un consensus ne puisse être obtenu avec Petite-île dont le Maire M. Ramoune, est vice-président de la CIVIS tandis que M. Fontaine Maire de Saint-Pierre est président. Quant au Tampon et Saint-Joseph, comment imaginer le projet Grand Sud, quand là encore, il n’y a pas de consensus sur une politique commune de l’eau ? La politique politicienne ne nous concerne pas, les actes oui, car les contribuables paient.

Par exemple, puisque vous parlez de Petite-île, partie de la CIVIS, il y a là de l’argent pour payer des avocats parisiens pour s’opposer à notre recours au tribunal administratif concernant le réaménagement de Grand-Anse. M. Ramoune soutient donc cette action judiciaire, qui va à l’encontre de ceux qui luttent contre la privatisation larvée du site, donc contre celles et ceux qui lui ont permis de devenir maire ... Cette trahison discrédite encore davantage les politiciens locaux, alors seuls les actes comptent et nous ne sommes donc plus étonnés par le laisser-aller de cette commune dans le domaine de l’assainissement.

En ce qui concerne la collecte pour l’assainissement, l’essentiel de l’année 2008, présenté par Veolia précise que la situation est assez limite. Extraits :

« L'évolution de l'exercice 2008 par rapport au précédent montre à la fois une augmentation de 5,8% du nombre de clients et une baisse de 2,9% de l'assiette de la redevance. Ceci s'explique par une
baisse de la consommation en eau sur la commune de Saint Pierre.
Il est intéressant de constater que les volumes augmentent (augmentation du nombre de raccordés) et que la charge polluante diminue (meilleure maîtrise des effluents industriels mais aussi intrusion d'eaux claires (parasites). Un accent fort doit être porté sur le diagnostic des réseaux de collecte (ITV, test à la fumée,
contrôle de conformité, modélisation hydraulique des réseaux) afin d'améliorer significativement la séparativité du réseau et la maîtrise des débits transitant dans les ouvrages. Ce diagnostic concerne aussi la commune du Tampon. Il permettra également de diagnostiquer les problèmes de points noirs en réseaux identifiés qui
nécessitent des travaux de remise en état (reprise de profil, contre pente, flash, siphons).

Par ailleurs, des arrivées de pollutions ponctuelles et massives de graisses notamment, sur la station du chemin Charrette sont encore observées. L'absence de filière de traitement des déchets graisseux
sur l'lle pénalise les entreprises et restaurateurs, ne permettant pas le développement de l'entretien de leur bac à graisses. Ces déchets se retrouvent dans les réseaux, obstruant les canalisations et provoquant
des désordres sur les PR et la Step.

Concernant le transport des effluents, les PR (postes de relèvement) du front de mer arrivent à saturation, les pompes de secours étant utilisées en permanence. Une étude est lancée par la commune pour redimensionner cette chaîne. Par ailleurs, les postes de relèvements de Rivière d'Abord, des Chaînes, Amiral Lacaze, Gouffre, et dans une moindre importance, Quai Sud et Capitainerie, ne sont pas secourus
électriquement. Enfin, il existe un trop plein non instrumenté au niveau du poste Salaison de Bourbon (et du poste Balance lié au contrat de traitement). La situation de ces postes de relèvement est de ce point de vue très sensible, notamment parce que situés en bordure de plage.

L'arrêté du 22 juin 2007 indique que des mesures doivent être réalisés aux emplacements caractéristiques du réseau, ainsi que des moyens pour estimer ou mesurer la charge polluante déversée au niveau des déversoirs d'orages. Ces points ont fait l'objet d'une proposition d'équipements de 8 débitmètres sur le réseau. Ces préconisations sont destinées à optimiser les infrastructures de collecte des eaux usées, en y intégrant les aménagements nécessaires pour maîtriser les impacts environnementaux des ouvrages dans le cadre de l'arrêté du 22 juin 2007. »

Vous comprendrez bien que nous espérons que vos affirmations pour ce mandat seront suivies de réalisations concrètes, vu la situation actuelle. Nous ne pourrons que vous soutenir dans cette voie constructive.
Nous aimerions que notre ville ne fasse plus l’actualité par des pollutions, et que des situations chroniques que nous montrons par des photos comme celles de ce samedi 27 juin 2009 disparaissent. Cela fait des années que ces eaux s’infiltrent et arrivent dans le lagon, et que cette situation insalubre persiste, alors qu’un immeuble flambant neuf va accueillir des habitants !

Hum, hum, pas très incitatif comme décor immédiat .. les moustiques doivent apprécier.
Nous attendons avec impatience le jour où la salubrité publique sera réalisée, et nous nous engageons à faire la photo avec vous.

Pour ce qui est de l’eau potable, le rapport Veolia 2008 est aussi très clair :
« La teneur en nitrates augmente régulièrement depuis plusieurs années dans la ressource Salette tout en restant conforme à la norme de qualité.
Une analyse prospective de cette ressource par ailleurs contaminée par de l'atrazine (≈ 0,2 microgrammes/litre sur les dernières analyses en DEA) [Attention, note de l’ACSP, la limite de conformité est 0,10 microgramme/litre], doit être menée afin de déterminer les moyens nécessaires de traitement à mettre en œuvre à terme pour pérenniser cette ressource importante pour la distribution en centre ville. La collectivité a lancé en 2009 un dossier de maîtrise d'œuvre à ce sujet.
Sur l'ensemble des ressources superficielles, il n'y a pas de disposition particulière de traitement, à la ressource (unité mobile, mise en place d'un traitement complémentaire, ... )

Par ailleurs, la norme de turbidité au point de mise en distribution, est passée de 2 FNU à 1 FNU pour l'ensemble des points concernés au 31/12/2008 (arrêté du 11/01/2007). La Drass a rappelé ces dispositions et leur conséquence dans un courrier daté du 14/4/09 (mise en place d'un turbidimètre en ligne et d'un traitement par clarification pour les eaux de surface, et dans l'attente, d'une vanne motorisée permettant la mise en décharge du captage lorsque l'eau est dégradée.) »

Vous comprendrez que nous souhaitons être sérieusement informés de la suite donnée par la municipalité, face à cette situation. Et nous en informerons la population intéressée sur notre blog. En particulier sur la mise en place du traitement au charbon actif.
Avez vous des informations sur le traitement des graisses qui pose beaucoup de problèmes ?
Nous savons bien que ce n’est pas la commune de Saint-Pierre seule qui est coupable de cette situation, aussi nous soutenons les actions à venir (filtration) pour fournir à la population Saint-Pierroise une eau potable conforme.

Pour ce qui est des réunions de la Commission des Services publics locaux, vous savez bien que nous en avons été exclus, remplacés par une ORGECO (existe-t-elle encore ?) absente. Ceci est-il normal ? Jusqu’à quand perdurera cette situation ?
Si vous souhaitez réellement le dialogue, donc une politique ouverte aux citoyens, nous vous serions reconnaissants de nous adresser à l’association citoyenne, un courrier officiel nous permettant d’accéder en toute transparence à cette commission, en nous transmettant bien entendu avant la date de réunion, les documents utiles. Comme vous le savez, notre association étudie, propose, souhaite le dialogue, et ne fait pas que de la présence.

Bien cordialement, et dans l’attente.
Pour l’association, le président, Hoarau Gaëtan

acsp - 27.06.09 à 20:14 - # - Répondre -

Re: La commune qui fait le plus d'effort pour une eau de qualité!


Source Quotidien de la Réunion 29/06/09
www.lequotidien.re/

Des projets indispensables mais avec quasiment un doublement de la taxe communale !
On peut comprendre aisément que les contribuables payeurs refusent que leur argent soit gaspillé, alors plus de rigueur, moins de grandeur et de fêtes avec l'argent public, surtout en cette période de crise.

Anonyme - 03.07.09 à 17:24 - # - Répondre -

Ne pas gaspiller

Nous avons noté cet article du JIR publié le 28 juin 2009 http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=214062
Extrait : 
Saint-Pierre joue à Tahiti douche

« Ressourçant. C’est l’adjectif qui qualifie le mieux les jeux d’eau douce installés en 2005 par la ville de Saint-Pierre sur son front de mer. Jets dirigeables, quadruples douches, sources jaillissant de terre... Le tout à deux pas de la plage et totalement gratuit d’accès. Les enfants en redemandent. Il y a foule chaque fois que les robinets s’ouvrent (les mercredis, samedis, dimanches et tous les jours pendant les vacances scolaires). Ce site de jeux pour le moment unique dans l’île pourrait bien être dupliqué par la commune qui l’a initié. Saint-Pierre envisage en effet d’installer, d’ici trois ans, une nouvelle aire de jeux d’eau au niveau de la pointe du Diable … »


Dupliquer une telle installation ?
A quelques mètres d'un lagon (une chance) combien de m3 d'eau "potable" sont ainsi utilisés ? Lors de l’enquête publique préalable à la création de ces « Jardins de la plage », nous nous étions opposés à ce type d’installation car un tel gaspillage d’eau « potable » alors que la plage est à 2 pas, ne nous apparaissait pas raisonnable : toute cette eau n’est pas recyclée, même pas utilisée pour l'arrosage ! Ceci représente malheureusement un gaspillage éhonté d'une ressource vitale, et en même temps un gaspillage d'argent public. Dire qu’on ne cesse de stigmatiser la population locale en affirmant qu’elle consomme trop d’eau, qu’il faut donc augmenter le prix de l’eau … on culpabilise ainsi la population pour faire passer de grosses augmentations, mais .. tout en donnant l’exemple du gaspillage.

La transparence serait aussi de préciser le coût de fonctionnement d’une telle installation. Dans l’article du JIR du 27 juin, http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=213962, le président de la CIVIS, maire de Saint-Pierre, laisse pourtant entendre que l’heure de la rigueur est arrivée. Notre gouvernement ne cesse de prôner les économies.

Bien sûr, c'est agréable de faire joujou sous les jets d'eau, mais il est tout aussi clair que l’eau est une priorité et qu’on ne peut la gaspiller. Bien sûr que nous sommes tous favorables aux aires de jeux ! Mais le rôle des politiques n'est-il pas justement de prévoir des aménagements COMPATIBLES avec un VRAI DEVELOPPEMENT DURABLE ?
Ou alors faut-il poursuivre dans une démagogie électoraliste dans la vision d’intérêts personnels à court terme ?
Les adultes de demain doivent aussi en prendre conscience.
Les aires de jeux à concevoir doivent être réfléchies, respecter l’environnement et nos ressources vitales, elles seront alors durables et exemplaires.

acsp - 29.06.09 à 13:04 - # - Répondre -

Commenter l'article

Bienvenue. Rejoignez nous, exprimez vous ! acsp974[at]gmail.com